Cameroun: Paris dément la libération des otages français

51 opinions
- +
Les  7 Français ont été libérés.

Les 7 Français ont été libérés.

Le ministère des Affaires étrangères a démenti jeudi la libération des sept otages français enlevés mardi au Cameroun, annoncée dans la matinée par une source militaire camerounaise. « Le Quai d'Orsay dément l'information selon laquelle les otages français seraient libérés », indique le ministère dans un communiqué. « Après vérification de nos ambassades, cette information apparaît sans fondement », a expliqué le directeur du centre de crise du ministère, Didier Le Bret.
Le gouvernement camerounais n'avait lui non plus pas confirmé leur libération. Jeudi matin, l'armée camerounaise annonçait pourtant qu'ils avaient été retrouvés au Nigeria, dans la ville de Dikwa. « Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes. Ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa », à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Niger, avait affirmé dans la matinée un officier supérieur de l'armée camerounaise.

Le gouvernement français, comme l'armée nigériane un peu plus tard, a démenti les informations. « La règle veut que les otages ne soient considérés comme libérés qu'à partir du moment où ils sont entre les mains des diplomates français, ce qui n'est pas le cas pour l'instant », a-t-on indiqué de source diplomatique française.
Plus tôt, le ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, avait pour sa part confirmé la libération des ex-otages jeudi dans l'enceinte de l'Assemblée nationale pour finalement revenir sur ses déclarations et indiquer qu'il n'y avait pas de confirmation officielle de la libération des 7 Français. Le ministre a alors expliqué qu'il n'avait fait que relayer des informations de presse. « Il s'agissait d'informations transmises par voie de presse, il n'y a pas pour le moment de confirmation officielle à ce stade » de la libération des otages (voir la vidéo ci-dessous).
Alain Marsaud, député des Français établi au Cameroun à pour sa part dans un communiqué remercié le président Paul Biya « qui a mis tout en oeuvre pour libérer nos otages ». De son coté, un membre de l'ambassade de France au Cameroun a infirmé les informations relatant une libération des otages. « Nous ne confirmons rien », a t-il dit.

Selon les informations de BFMTV, les ravisseurs n'étaient plus sur place au moment de l'intervention des forces de l'ordre nigérianes. Et un véhicule appartenant aux ravisseurs a été retrouvé embourbé, près de la frontière. Une série d'indices laisse penser que les ravisseurs seraient plutôt mal organisés et leurs motivations seraient avant tout financières. Cette mauvaise organisation est sans doute à l'origine de ce dénouement rapide.

Tugdual de Dieuleveult avec BFMTV