Marine Le Pen accuse Temaru de brader la Polynésie aux Chinois

24 opinions
- +
Marine Le Pen, qui effectuait une visite deux jours en Polynésie française, a accusé vendredi dans la presse locale l'actuel président de ce territoire français du Pacifique Sud, l'indépendantiste Oscar Temaru, de brader la Polynésie aux Chinois. /Photo p

Marine Le Pen, qui effectuait une visite deux jours en Polynésie française, a accusé vendredi dans la presse locale l'actuel président de ce territoire français du Pacifique Sud, l'indépendantiste Oscar Temaru, de brader la Polynésie aux Chinois. /Photo p

PAPEETE, Tahiti (Reuters) - Marine Le Pen, qui effectuait une visite deux jours en Polynésie française, a accusé vendredi dans la presse locale l'actuel président de ce territoire français du Pacifique Sud, l'indépendantiste Oscar Temaru, de brader la Polynésie aux Chinois.

Pour sa première visite en Polynésie française, la présidente du Front national, qui arrivait de Nouvelle-Calédonie, a expliqué : "Je fais un tour de France des oubliés. Je crois que les outre-mers sont complètement oubliés, la Polynésie est complètement oubliée de la vie politique nationale et c'est malheureux".

Concernant les accords que le président Temaru est en train de signer avec une entreprise chinoise pour l'exploitation d'un certain nombre d'atolls, elle s'est montrée hostile au projet : "C'est malheureux pour quelqu'un qui dit "la Polynésie aux Polynésiens", c'est pour l'instant : "La Polynésie aux Chinois". Ou la Polynésie, dans d'autres domaines, aux Australiens."

Interrogée sur le projet d'Oscar Temaru de faire réinscrire à l'ONU la Polynésie française sur la liste des pays à décoloniser, elle a précisé que cette démarche "va dans l'affaiblissement de la France.(...) Cette idée est terrible, elle est mauvaise. (...) cette idée est aussi humiliante et malhonnête".

Selon elle, Oscar Temaru n'est pas mandaté par la population pour effectuer ce type de démarche. "Pendant qu'on parle de cela, on ne parle pas des résultats économiques très mauvais d'Oscar Temaru, on ne parle pas des problèmes de logements, on ne parle pas de la vie", a-t-elle estimé.

Daniel Pardon, édité par Eric Faye

REUTERS