Faut-il interdire la cigarette électronique pour les mineurs ?

38 opinions
- +

L’Italie vient d’interdire la cigarette électronique pour les mineurs, qui pourraient entraîner une dépendance à la nicotine. En France, la question se pose, mais les avis des spécialistes divergent.

Bien que moins nocive, la cigarette électronique contient de la nicotine et pourrait entraîner une dépendance.

Bien que moins nocive, la cigarette électronique contient de la nicotine et pourrait entraîner une dépendance.

Depuis ce mardi matin, les jeunes italiens ne peuvent plus acheter de cigarettes électroniques. Le ministère italien de la Santé a élevé de 16 à 18 ans l'âge requis pour pouvoir acheter des cigarettes électroniques, qui pourraient engendrer une dépendance à la nicotine.
En France, la ministre de la Santé Marisol Touraine a « commandé une enquête » pour faire une évaluation du « bénéfice/risque » et le résultat doit être livré d’ici un mois. Car bien que les vendeurs de cigarettes électroniques évitent le plus souvent de vendre leurs produits aux mineurs et femmes enceinte, il existe un vide juridique.

« Après, l’enfant consommera des cigarettes traditionnelles »

Pour Yves Martinet, professeur et chef du service de pneumologie au CHU de Nancy et président du Comité national contre le tabagisme, il est urgent de suivre l’exemple italien. « Il est indispensable d’interdire la vente aux mineurs. La cigarette électronique risque d’entrainer des dépendances, et après, l’enfant consommera des cigarettes traditionnelles ». Bien que moins nocive, la cigarette électronique contient malgré tout de la nicotine, et Yves Martinet y voit une drogue trop dangereuse pour être proposée à des jeunes. « A six mois, on aura 45% des héroïnomanes qui arrivent à arrêter tout seul. La nicotine, c’est 8% ! C’est la drogue la plus puissante, la plus difficile à arrêter, il n’y a aucune raison de vendre de tels produits à un mineur ».

« Je préfèrerais qu’ils commencent la cigarette électronique »

Neuro-Pharmacologue et conseil en Santé publique, Jacques Le Houezec y voit surtout un coup d’épée dans l’eau assez inutile. « L’interdiction de vente aux moins de 18 ans, on sait très bien qu’elle est inefficace chez les adolescents pour la cigarette, donc les gamins auront plus facilement accès aux cigarettes traditionnelles qu’aux cigarettes électroniques. Personnellement, je préfèrerais qu’ils commencent la cigarette électronique plutôt que la cigarette classique parce qu’il n’y a pas de combustion, pas de production de produits cancérigène, de monoxyde de carbone, toutes les saloperies qu’on trouve dans la cigarette ».

Mathias Chaillot avec Jamila Zeghoudi