La mer pourrait produire de l'électricité en France dès 2016

14 opinions
- +
Les énergies marines renouvelables (EMR) pourraient se développer à l'échelle commerciale dès 2016 en France. Ces énergies représentent un enjeu stratégique pour la France, qui possède la deuxième zone maritime au monde, rappellent les experts dans un rap

Les énergies marines renouvelables (EMR) pourraient se développer à l'échelle commerciale dès 2016 en France. Ces énergies représentent un enjeu stratégique pour la France, qui possède la deuxième zone maritime au monde, rappellent les experts dans un rap

PARIS (Reuters) - Les énergies marines renouvelables (EMR) pourraient se développer à l'échelle commerciale dès 2016 en France, où le gouvernement a entrepris de bouleverser la politique énergétique du pays, selon un rapport officiel publié vendredi.

Ces énergies représentent un enjeu stratégique pour la France, qui possède la deuxième zone maritime au monde, rappellent les experts dans ce rapport publié vendredi par les ministères de l'Energie et du Redressement productif.

"La mission considère que les EMR constituent un enjeu stratégique pour la France", peut-on y lire.

Les hydroliennes, qui utilisent les courants pour produire de l'électricité, sont la piste la plus intéressante, devant les éoliennes flottantes et l'énergie houlomotrice - énergie des vagues et de la houle -, selon ce rapport.

"Les gisements hydroliens en particulier sont très localisés et proches de nos côtes et constituent un véritable gisement national dont l'attribution à des opérateurs doit être bien organisée et planifiée", estiment les experts.

Les énergies marines - hors éoliennes - représentent un potentiel de 3 à 5 gigawatts (GW) installables en France, soit l'équivalent en puissance de deux ou trois centrales nucléaires de type EPR, avait estimé le ministère de l'Energie en février.

La France s'est engagée à développer massivement les énergies renouvelables dans le cadre de la transition énergétique promise par François Hollande. Le nucléaire ne produira que 50% de l'électricité française en 2025, contre 75% actuellement.

Afin de structurer une filière commerciale, le rapport recommande notamment la fixation de tarifs d'achat et le lancement d'appels à manifestations d'intérêt pour des fermes pilotes sur les sites du raz Blanchard, du raz Barfleur et du passage du Fromveur dès le troisième trimestre 2013.

Des parcs commerciaux de production pourront ensuite être implantés entre 2016 et 2020 si des appels d'offres sont lancés dès 2015, disent les experts.

D'ici 3 ans, il manquera à la France des capacités de production pour assurer son approvisionnement électrique, sans tenir compte de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, selon le Réseau de transport d'électricité (RTE).

Si des sites de production ne sont pas construits, la France connaîtra un déficit de 1,2 GW d'ici 2016 puis de 2,1 GW après 2017, dit RTE.

Marion Douet, édité par Yves Clarisse

REUTERS