Soleil au zénith, mais tourisme en berne

52 opinions
- +

Malgré le retour du soleil, les hôtels et les agences de voyage français sont loin de faire le plein, et le mois d’août ne devrait pas permettre de redresser la barre. Si les campings s’en sortent mieux, les établissements situés loin de la mer...

Les campings tirent leur épingle du jeu grâce à la météo.

Les campings tirent leur épingle du jeu grâce à la météo.

Le ciel bleu et la chaleur ont beau être au rendez-vous cette année, l'Umih, le syndicat des professionnels de l'hôtellerie annonce une baisse de 10% de la fréquentation en moyenne par rapport à 2012. Les Français sont aussi moins nombreux à déjeuner dehors, moins 15% en moyenne sur la restauration.
Selon les professionnels, le mois d'août ne devrait pas suffire à sauver la saison, plombée par un printemps maussade qui n'a pas poussé les Français à consommer. Cet été, 38% des Français ne sont pas partis ou ne partiront pas en vacances (sondage Ifop-Paris Match Juillet 2013).

« Août n’arrivera jamais à compenser le retard »

Cette année, les hôtels et les campings ne débordent pas d'activité. Daniel est propriétaire d'un hôtel à Salers dans le Cantal : dix chambres, dont trois sont restées vides tout le mois de juillet. « J’aurais dû faire 30% de chiffre en plus. En principe, c’est un lieu de tourisme, là on voit qu’il n’y a personne ».
Pour éviter d'avoir un camping désert en plein été, Joëlle s'y est prise en avance et elle n'a pas hésité à casser les prix. « J’ai fait 15% de remise à tous ceux qui réservaient au minimum 120 jours avant. Ça m’a déclenché énormément de réservations en amont et ça m’a boostée ». Joëlle compte sur le mois d'août pour faire mieux mais pour Roland Héguy, le président de l'Umih, c'est un voeu pieux. « Août n’arrivera jamais à compenser le retard pris de janvier à juillet ». Il prévoit « encore de grosses difficultés pour ces entreprises », en particulier pour les établissements situés loin de la mer, qui voient leur fréquentation baisser jusqu'à 30% cet été.

« Les conséquences néfastes du Printemps arabe »

Les agences de voyage ne sont pas mieux loties. Georges Colson, président du syndicat national du secteur, parle d’une année « pire que les autres » avec une moyenne de fréquentation par rapport à l’an dernier entre moins 8 et moins 10% selon les destinations. « On pensait que la France récolterait les bénéfices de gens ne voulant plus partir à l’étranger, mais ce n’est pas le cas » déplore-t-il. Pas mieux sur les destinations étrangères, et notamment les pays du Maghreb, dont une clientèle d’habitués s’est détournée. Georges Colson attribue le phénomène aux «conséquences néfastes du Printemps arabe, en particulier en Tunisie».

« On aura limité la casse »

Seuls les campings semblent tirer leur épingle du jeu, grâce à la météo. Guylhem Féraud est le président de la Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air (FNHPA), et pour lui, le mois de juillet reste « honnête ».
Il a observé une augmentation record du taux de réservation au moment où le soleil a pointé le bout de son nez. « En juillet, on a enregistré un niveau record de rattrapage de réservation ». Quant au mois d’août, il s’annonce radieux « un niveau de réservation quasiment identique à celui des autres années ». Si Guylhem Féraud s’attend à une légère baisse, il ne se plaint pas : « On est en période de crise, il y aura un peu de baisse mais on aura limité la casse ».

Claire Béziau, avec Juliette Droz