Les fermeture d'ambassades américaines au Moyen-Orient prolongée

Votre opinion
- +
L'ambassade des Etats-Unis à Manama, à Bahreïn. Les Etats-Unis ont prolongé d'une semaine les délais de fermeture de leurs ambassades dans le monde arabo-musulman à titre de prévention face à des menaces d'attaques de la part d'Al Qaïda que des parlementa

L'ambassade des Etats-Unis à Manama, à Bahreïn. Les Etats-Unis ont prolongé d'une semaine les délais de fermeture de leurs ambassades dans le monde arabo-musulman à titre de prévention face à des menaces d'attaques de la part d'Al Qaïda que des parlementa

par Tabassum Zakaria

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis ont prolongé d'une semaine les délais de fermeture de leurs ambassades dans le monde arabo-musulman à titre de prévention face à des menaces d'attaques de la part d'Al Qaïda que des parlementaires américains ont jugé comme les plus sérieuses depuis des années.

Le département d'Etat a indiqué que dix-neuf représentations diplomatiques et consulaires seraient fermées par précaution et qu'un certain nombre garderait portes closes en raison des célébrations de l'Aïd marquant la fin du ramadan.

Dans un premier temps, Washington avait ordonné la fermeture de 21 ambassades dimanche. Certaines doivent rouvrir lundi comme celles de Kaboul, Bagdad et Alger.

Quatre représentations, à Madagascar, au Burundi, au Rwanda et en Mauritanie, ont été ajoutées à la liste des missions fermées cette semaine.

Le département d'Etat a lancé une alerte au niveau mondial mettant en garde les ressortissants américains à l'étranger contre le fait qu'Al Qaïda envisageait de mener des attentats au Proche-Orient et en Afrique du Nord au mois d'août.

Selon le sénateur Saxby Chambliss, les données collectées grâce aux programmes de surveillance menés par la National Security Agency ont permis de rassembler des renseignements concernant ces attaques.

Les programmes menés dans le plus grand secret par la NSA avaient été mis au jour par un ancien consultant de l'agence, Edward Snowden, qui avait dévoilé l'ampleur de la surveillance orchestrée par le renseignement américain.

Le sénateur Chambliss a justifié cette surveillance en affirmant que "si nous ne disposions pas de ces programmes (de surveillance) nous ne serions pas en mesure d'écouter ce que disent les méchants".

"Il s'agit de la plus importante menace que j'aie vue depuis des années", a-t-il ajouté.

Les forces armées américaines stationnées dans la région du Proche-Orient ont été placées en état d'alerte renforcée au cours des derniers jours.

La menace a incité plusieurs pays occidentaux dont la France à fermer leurs représentations consulaires au Yémen, pays qui abrite la mouvance d'Al Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa). L'armée yéménite a renforcé sa présence aux abords des missions occidentales.

Interpol avait lancé samedi une alerte à destination de 190 pays membres après une série d'évasions dans des prisons de neuf pays depuis un mois, dont l'Irak, la Libye et le Pakistan.

"Par bien des aspects, Al Qaïda est plus forte qu'elle ne l'était avant le 11-Septembre parce qu'elle a muté et s'est répandue", a déclaré le représentant républicain Peter King sur la chaîne ABC.

Selon le département d'Etat, les postes diplomatiques américains qui resteront fermés jusqu'au 10 août sont ceux d'Abou Dhabi, Amman, Le Caire, Ryad, Dhahran et Djeddah (Arabie saoudite), Doha, Dubaï, Koweït, Manama, Mascate, Sanaa, Tripoli, Antananarivo, Bujumbura, Djibouti, Khartoum, Kigali et Port-Louis.

D'autres missions américaines qui, comme Kaboul, Bagdad et Alger ont été fermées samedi, rouvriront en revanche lundi.

Pierre Sérisier pour le service français

REUTERS