J’aimerais faire l’amour trois fois par semaine

Votre opinion
- +

Gino voudrait faire l’amour plus souvent, mais sa partenaire fait un blocage et se satisfait de peu de rapports.

Gino : J’ai 46 ans et j’aimerais faire l’amour trois fois par semaine, mais ma compagne se satisfait de moins. Dans notre vie tout se passe bien, le seul problème, c’est qu’elle a été blessée par une relation antérieure et qu'elle a du mal à se laisser aller. On voudrait trouver une solution pour qu’elle arrive à se lâcher plus et qu’elle n’ait pas certaines images qui lui reviennent systématiquement en tête.

Brigitte Lahaie :
Dans ce que vous dites, je crois qu’il faut vraiment faire une différence entre votre éventuel besoin d’avoir plus de rapports sexuels et sa difficulté à se lâcher avec vous, parce que ça peut être deux choses complètement différentes. Je ne suis pas certaine que, si elle se lâchait plus, elle aurait plus envie de faire l’amour.

Ça a l’air d’être une personne qui a du mal avec les relations amoureuses et c’est quelque chose qu’elle peut travailler si elle est consciente que qu’il faut faire avancer ce problème. Au fond il y a une peur de se livrer, de s’abandonner. Plutôt que de dire que c’est à cause de l’autre, il serait plus intéressant de comprendre de quoi elle a peur. C’est une femme qui a du mal à s’abandonner avec un homme : elle se sent en danger parce qu’en plus d’être bien avec vous, si elle s’abandonne dans vos bras, elle sera complètement dépendante.

Il faudrait qu’elle apprenne à être plus autonome, mieux dans sa peau et avec elle-même, et, à ce moment-là, elle pourra s’abandonner avec vous. Je pense qu’il faut l’encourager à exister par elle-même. On peut toujours parler de thérapie, mais si elle pouvait trouver des centres d’intérêt, je pense que ce serait encore mieux pour qu’elle se sente exister elle-même. Aidez-là à se construire, à se sentir bien dans sa peau de femme, et à ne plus se sentir en danger dans cette relation fusionnelle qu’on a quand on fait l’amour.

Un petit conseil aussi, laissez-là de temps en temps sur sa faim. C’est à ce moment-là que vous allez provoquer du désir, parce qu’il y aura une frustration créée et une envie d’avoir plus qui va dépasser la peur. Ça peut marcher.