CV anonyme : finie la discrimination à l'embauche ?

30 opinions
- +

Plus de 3 ans après le vote d'une loi rendant obligatoire le CV anonyme, le gouvernement lance une expérimentation de cet outil censé lutter contre la discrimination, notamment raciale, à l'embauche.


Employeur ou employé, vous avez un jour reçu ou envoyé un CV anonyme. Convaincu ou sceptique, donnez-nous votre avis dans le forum ci-dessous.

Le CV anonyme va-t-il enfin voir le jour ? Ce mardi 3 novembre, le gouvernement lance dans 7 départements une expérimentation de cet outil visant à favoriser la diversité des recrutements et lutter contre la discrimination à l'embauche. Rendu obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés, par la loi sur l'égalité des chances votée en 2006, le CV anonyme n'a jusqu'ici été mis en place que dans de rares sociétés. Le décret d'application de la loi n'ayant jamais été publié.
Une cinquantaine d'entreprises privées, publiques, ainsi que des sociétés de recrutement participent à l'expérimentation. Un bilan est attendu dans 6 mois.

« Parce que le 1er entretien est difficile à décrocher »

Exit les noms, prénoms, adresse - y compris électronique -, l'âge ou la date de naissance, la nationalité, la situation de famille et la photo. Le CV anonyme fait la chasse à tous les préjugés qui peuvent exister au moment du tri des CV par les recruteurs. Car selon le Bureau International du Travail (BIT), près de 4 fois sur 5, un employeur préfère embaucher un candidat d'origine hexagonale ancienne, plutôt qu'un autre dont les parents viennent du Maghreb ou d'Afrique noire.
Et chez Axa, l'une des rares entreprises à avoir déjà opté pour le CV anonyme [ndlr, depuis janvier 2005 sur Internet], on est fier de ce choix, comme l'explique le directeur de la communication Eric Lemaire : « ce qui est très important dans le recrutement, c'est de juger les candidats sur leur formation et leur parcours professionnel. Et c'est ce que permet le CV anonyme. Une fois qu'on peut arriver à ce premier entretien, souvent difficile à décrocher, c'est au candidat de montrer ce qu'il a fait, son énergie... C'est l'heure de vérité. Encore faut-il arriver dans le bureau du recruteur ! »

« Un outil peu coûteux et facile à mettre en place »

Du côté des associations contre la discrimination dans le recrutement, les arguments en faveur du CV anonyme ne manquent pas : « c'est un outil relativement peu coûteux et facile à mettre en place, explique Alain Gavant, président de A Compétence Egale [ndlr, qui représente 40 cabinets de recrutement - soit la moitié du marché]. Pour une entreprise, ça permet de sécuriser l'étape du tri de CV, de ne prendre aucun risque de discrimination. Puisque toutes les mentions qui peuvent poser problème - l'âge, le sexe, le nom, le prénom... - ne figurent pas dans le CV. Donc, ne restent plus que la compétence, la qualification, l'expérience, la formation, seuls éléments qu'un recruteur doit prendre en considération. »

« Ça ne résout pas le sujet de la discrimination »

En revanche, les sceptiques et opposants soulignent que le CV anonyme n'empêche en rien la discrimination puisqu'un entretien suivra le choix dudit CV. Appelant à plus de « pédagogie » et soulignant les différences entre PME et grandes entreprises, Mayvonne Labeille, présidente du Syntec, le syndicat du conseil en recrutement, dénonce même une fausse bonne idée : « c'est un outil parmi d'autres. Le CV anonyme n'aide pas ou ne résout pas le sujet de la discrimination, puisqu'à un moment donné il faut aller au contact. Une fois les candidats sélectionnés sur les compétences, on arrive dans un procès de recrutement où, au final, si celui qui décide le recrutement ne veut pas entrer dans le sujet de la diversité et peut favoriser de la discrimination, c'est auprès de lui qu'il faut travailler, et pas en l'obligeant à aller vers le CV anonyme. »

La rédaction, avec Nicolas Marsan-Bourdin & Co