Plus de 2.000 personnes ont marché à Lyon samedi contre l'abattage des loups.
 

Le week-end a été ponctué de manifestations "pour dire non à la chasse au loup", à Lyon samedi et à Nice ce dimanche. L'Etat a fixé un quota maximum de 36 loups pouvant être abattus, entre juillet 2015 et juin 2016. L'année dernière, près de 9.000 ovins ont été tués par le prédateur. Faut-il mettre fin à l'abattage des loups?

Votre opinion

Postez un commentaire

22 opinions
  • Moustacheettrotinette
    Moustacheettrotinette     

    Le nombre de 9000 ovins tués.... c'est ceux qui ont été tués par les loups, ou ceux qui ont été passés à la casserole?
    Parce que si vous faites un petit calcul, ils devraient être obèses les loups....

  • Moustacheettrotinette
    Moustacheettrotinette     

    Au fait, dites nous combien il reste de bergers vivant près de leur troupeau?

  • ceraf1
    ceraf1     

    c,est Mme Royal qui en a donne l,ordre ! et c, est honteux la ministre de l,ecologie elle meme ! rendez vous compte ! que les bergers se protegent un peu mieux ils sont tres bien indemnises , et que les chasseurs laissent aux loups de quoi se nourrir !

  • skaia64
    skaia64     

    Si l'on étend la mesure aux nuisibles élus de la Ripoublique, il va y avoir un grand vide à l'assemblée nationale et autres "représentation du peuple français"

    black manba
    black manba      (réponse à skaia64)

    Oui mais là, pas bête la Ségo, elle ne vas pas se "flinguer" elle et SA caste !!!

    black manba
    black manba      (réponse à black manba)

    bizarre, RMC où av ez vous mis les pouces levés ???? y aurat-il chez vous une censure pro éleveurs et pro viandards .

  • skaia64
    skaia64     

    Si l'on étend la mesure aux nuisibles élus de la Ripoublique, il va y avoir un grand vide à l'assemblée nationale et autres "représentation du peuple français"

  • lilymoi59
    lilymoi59     

    non, nous devons cohabité avec les loups, prendre les précautions adéquats pour la surveillance des loups, ils existent de nombreuses façon pour cela sans vouloir automatiquement détruire ce qui est naturelle est indispensable sur cette terre et cette terre est assez grande pour que tout le monde y trouvent son compte mais il faut penser préservation durable au lieu de penser rente d'argent car sinon un jour ont regrettera et ont le paiera très cher... ont ne s'imaginent même pas à quel point, donc non à l'abatage de cette être indispensable !!!

  • Mendoule
    Mendoule     

    Les différents modes de protection et de prévention doivent être privilégiés ! cela dit un berger/éleveur doit pouvoir défendre son troupeau contre un ou des loups qui se spécialiseraient sur des proies domestiques.
    Il y a énormément de grande faune disponible (sangliers, cerfs, chamois, bouquetins) donc suffisamment pour la prédation des loups et des hommes.

  • Nanou Nîm'house
    Nanou Nîm'house     

    Il y a moyen de cohabiter, plusieurs méthodes sont possibles et fonctionnent bien en dehors de nos frontières. Qui sommes-nous pour décider d'exterminer une espèce ? Elle ne nous appartient pas. Seulement l'homme aime avoir le droit de vie ou de mort, c'est très primaire comme fonctionnement, nous ne sommes plus au moyen âge, il faut évoluer, réfléchir sur les possibilités de cohabitation afin d'offrir à nos générations futures le privilège de savoir que cet animal magnifique qu'est le loup est encore libre en France.
    J'ai renoncé à me promener en forêt à cause des chasseurs qui sont nettement plus dangereux, voilà une espèce " protégée " qui ne devrait pas l'être. Ravie d'avoir participé à cette manifestation du 16 janvier, bravo et merci aux organisateurs.

  • ouragan26
    ouragan26     

    Cohabitons avec les loups sur les terres de ceux qui ont choisi de vivre de et avec la nature.
    le loup menace la branche qui a su tirer son épingle du jeu.
    "L’agneau de Sisteron se porte bien. L’heure est donc à la réflexion pour les coopératives qui devront trouver des solutions pour remonter l’offre d’agneaux, ce qui revient à trouver de nouveaux éleveurs." cf coop Sisteron.

    Idem en Lozère pour la fromagerie le Fédou, mais également pour l'IGP agneau de Lozère ELOVEL qui subit 25% à 30% de pertes de production, au même titre que l'ensemble des agneaux labellisés ou des productions fromagères dans les régions impactées par le loup.

    Le loup est désormais en Aveyron et impacte les producteurs du Roquefort; fleuron des produits à "haute valeur ajoutée" dans l'image de la France!
    Il menace les A.O.C. dont le cahier des charges exige une obligation de pâturage, comme en Italie et en Espagne.

  • Nanou Nîm'house
    Nanou Nîm'house     

    Il y a moyen de cohabiter, plusieurs méthodes sont possibles et fonctionnent bien en dehors de nos frontières. Qui sommes-nous pour décider d'exterminer une espèce ? Elle ne nous appartient pas. Seulement l'homme aime avoir le droit de vie ou de mort, c'est très primaire comme fonctionnement, nous ne sommes plus au moyen âge, il faut évoluer, réfléchir sur les possibilités de cohabitation afin d'offrir à nos générations futures le privilège de savoir que cet animal magnifique qu'est le loup est encore libre en France.
    J'ai renoncé à me promener en forêt à cause des chasseurs qui sont nettement plus dangereux, voilà une espèce " protégée " qui ne devrait pas l'être. Ravie d'avoir participé à cette manifestation du 16 janvier, bravo et merci aux organisateurs.

Lire la suite des opinions (22)

Votre réponse
Postez un commentaire