En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Apprentissage, sélection à l’Université: vos idées pour supprimer le chômage des jeunes
 

Solutions 2017 est la première initiative de démocratie participative à l’échelle nationale. Elle est lancée par BFMTV, RMC et Make.org. Cette semaine, vous nous avez fait vos propositions pour réussir à supprimer le chômage des jeunes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • sebrougard
    sebrougard     

    comme 12 – 18 ans minimum selon les responsabilités prises… prendre en compte aussi les résultats sur le devenir des étudiants à 18mois. Prendre en compte aussi la mise en place de pédagogie pour améliorer la réussite… CELA permettra de responsabiliser plus d'enseignants-chercheurs aussi.
    6 – je reviendrai sur une idée développée sous la Présidence Sarkozy qui était de créer une dizaine de centre universitaire de qualité. J'aurai plutot opté pour une vingtaine comme le nombre de régions avant leur réduction. On a décentralisé de nombreuses formations pour une bonne raison : donner accès aux études universitaires dans les plus petites villes et c'était très bien MAIS trop couteux !!!! Il faudrait revenir à une vingtaine de centres universitaires, de qualité en réduisant le cout de l'immobilier à entretenir. Par contre, il faut d'abord augmenter le nombre de logements étudiants non pas gérés par le CROUS mais par l'Université enfin que l'université laisse à disposition les logements (contre 180€/mois) pendant 9 mois sur 12. Puis l'université utilise ces logements l'été pour le tourisme par exemple pour une université située sur le littoral Méditerranéen. L'université doit développer des sources de financement. J'ai passé 3 ans au Royaume-uni et les universités (dont les frais de scolarité sont de 9000£/an) proposent des chambres étudiantes uniquement pour la durée des cours… en général 20-24 semaines par an et ils louent les chambres le reste de l'année, organisent des conférences pour les remplir, etc.
    7 – Evaluer les enseignements prodigués par les enseignants-chercheurs et enseignants (je m'attends déjà à une séance de grève d'une partie de mes collègues… et à me faire tondre sur la place publique!) par les étudiants et professionnels (si apprentissage) + questionnaire sur le devenir des étudiants (est ce que sur le questionnaire à 9mois, la formation suivie a bien préparée au métier désiré?). Utiliser ces évaluations lorsqu'on veut passer à l'échelon « hors classe » par exemple ?
    8 – Arreter de supprimer des postes administratifs (secrétaires, techniciens ..) pour laisser les taches entre les mains des enseignants-chercheurs et enseignants. J'ai été responsable d'une formation (licence pro) par apprentissage avec environ 23 apprentis / an. Je devais moi-meme faire l'emploi du temps des cours, faire la publicité de ma formation auprès d'autres établissements du supérieur, recruter des vacataires (enseignant temporaire qui a une activité professionnelle), éditer les bulletins de notes, faire le point sur les absences …. sans secrétaire ! J'ai passé la moitié si ce n'est plus de mon temps à faire des taches administratives pour une prime de 36h TD par an (ou soit 36 x 1h TD = 38€/net = 1368€/net/an). C'est sur que c'est une belle prime si on veut mais .. je paie aujourd'hui le fait que je me sois investi sur l'enseignement et non sur la recherche (on me le reproche…). Que ma formation ait eu 8 appprentis ou 23 apprentis j'aurai été rémunéré pareil !!!! mais j'aurai eu plus de temps pour faire de la recherche !
    9 – arreter de modifier les programes du lycée car nos étudiants (formations scientifiques) ont une grande difficulté avec les outils mathématiques… n'en parlons pas des outils numériques : très bon pour utiliser leur smartphone ou tablette mais beaucoup moins pour savoir utiliser un logiciel de conception assisté par ordinateur !
    10 – gestion des universités : je ne sais pas quoi penser là !!! la gestion se fait collégialement, c'est à dire que ce sont des enseignants, enseignants-chercheurs, agents administratifs élus qui gèrent l'université… mais il y a trop de copinage et la gestion manque de rigueur sur la stratégie de développement, etc.
    Pour résumer :
    1 – augmenter les frais d'inscriptions à 700-900€/an
    2 – créer plus de logements universitaires gérés par les universités
    3 – revoir l'évaluation sur le devenir des étudiants après la fin de leurs études à 6/9mois et 18 mois aulieu de 18mois et 30mois.
    4 – limiter le nombre de formations universitaires (il faut qu'elles se différencient à plus de 80 % pour ouvrir une autre formation).
    5 – revoir le processus d'avancement des Maitres de Conférence à Professeur des Universités (ne pas le baser uniquement que sur des activités de recherche mais aussi pour services rendus à la structure universitaire).
    6 – diminuer le nombre de centres universitaires (et augmenter le nombre de logements étudiants à prix modéré comme ceux du CROUS aujourd'hui de 180€/mois).
    7 – Evaluation des filières, des enseignements (démarche qualité!)
    8 – arreter de supprimer des postes administratifs dont les taches sont reprises par les enseignants … sur leur temps de correction, préparation des cours !
    9 – arreter de modifier les programmes du lycée sans conce

  • sebrougard
    sebrougard     

    Bonjour à tous et à toutes,
    je trouve cette initiative de rmc pertinente comme toujours ! Et je vous remercie, continuez.
    Tout d'abord, je me présente, je suis enseignant chercheur en formations scientifiques et techniques.
    J'ai 42 ans et je suis un homme. J'ai travaillé au royaume-uni en tant que post-doctorant et chercheur détaché dans plusieurs universités (edimbourg, Birmingham et Cambridge) presque 3 ans . J'enseigne à la fois en formation par apprentissage ou non.
    Je voudrais dire tout d'abord que je n'ai pas vu une seul solution plausible dans vos 10 points ci-dessus.
    Je confirme aussi que l'apprentissage est une très solution contre le chomage car nos étudiants-apprentis trouvent tous un emploi après leur formation en moins de 3 mois !
    Contrairement à ce qui a été dis plus haut dans le texte, il ne faut pas généraliser l'apprentissage à tous les domaines du supérieur. Il y a des filières qui s'y pretent : technique, commerce … et d'autres non car elles sont théoriques : mathématiques, physique « pure » …
    Pour améliorer l'enseignement dans le supérieur (j'y incluerai l'apprentissage dans les filières qui s'y pretent seulement!), je proposerai :
    1 – relever le montant des inscriptions universitaires à 700-900/an du bac+1 à bac+5 pour responsabiliser Parents et Etudiants. Les droits d'inscriptions sont d'environ de 190€ du bac+1 au bac+3 et de 260€ à bac+4/+5. Je vois de nombreux étudiants entrer en 1ière année dont la moitié ne savent pas pourquoi ils sont là ??? C'est à partir du Bac+3 qu'on trouve 80-90 % d'étudiants très concernés pas leurs études. On garderait une gratuité totale ou à 80 % pour les étudiants boursiers et méritant (mention B, TB au bac par exemple?).
    2- L'argent supplémentaire généré par les frais d'inscription pourrait etre utilisé pour construire des logements étudiants du type CROUS qui seraient ouverts à un plus grand nombre (dont non boursiers!). Ainsi un plus grand nombre bénéficierait d'un logement à 180€/mois et de meilleures conditions de travail.
    3 – Modifier le système d'évaluation des formations universitaires : aujourd'hui l'université base ses statistiques sur des enquetes d'emploi/devenir des étudiants à 18 mois et 30mois alors qu'il serait plus juste d'en faire une après 6 ou 9 mois et une à 18 mois. De vérifier que l'activité professionnelle en cours soit dans le cadre du diplôme suivi. Si les résultats sont inférieurs à 75 %-66 %, la formation doit évoluer ou fermer !
    4 – Il y a beaucoup trop de formations universitaires qui se ressemblent ! Dans l'université on trouve 2 sortes d'enseignants : enseignants-chercheurs et enseignants du secondaire (lycée) détachés dans le supérieur. De nombreux enseignants-chercheurs ont créé, par le passé, de nombreuses formations universitaires pour pouvoir passer de nouveaux échelons … aujourd'hui on peut trouver de nombreuses formations qui se différencie par une spécialité. De plus, il faudrait poser un bareme en terme d'éudiants, c'est à dire moins de 18 étudiants et la formation est fermée ! Il y a des formations avec 5 voir 7 étudiants qui restent ouvertes. Pour éviter que cela ne pénalise les étudiants, il faut que les universités à proximité, par exemple Montpellier est à coté de Marseille et de Toulouse, voir Lyon, s'entendent pour ouvrir la meme formation (car ils ont en général la meme sur leur site) en regroupant leurs étudiants (et les enseignants se déplacent …). Il y aura moins d'étudiants devant un enseignant MAIS cela fera aussi des économies pour les universités (des économies d'heures complémentaires).
    5 – revoir le statut des enseignants-chercheurs et leur système d'avancement. Les enseignants-chercheurs sont sub-divisés en deux « catégories » : Maitre de conférences (dont je fais parti) et Porfesseurs des Universités. Pour passer dans la classe des Professeurs des Universités, on doit normalement etre un bon/très bon scientifique (publier des articles dans de revues, déposer et obtenir des financements pour un projet de recherche) MAIS l'aspect enseignement n'est pas pris en compte !!! on peut etre un excellent chercheur mais un mauvais enseignant (et donc formateur) et obtenir un avancement contrairement à un bon/très enseignant (concerné par ses élèves, leur réussite et leur employabilité) et stagner en terme d'avancement pendant 15/20ans !!!! On devrait réserver 1/3 des postes de Professeurs des universités aux enseignants-chercheurs au titre de leur investissement dans la structure universitaire. Par exemple : etre responsable d'un département scientifique (fac de science, département DUT, filière licence) pendant un nombre d'années suffisants : comme 12 – 18 ans minimum selon les responsabilités prises… prendre en compte aussi les résultats sur le devenir des étudiants à 18mois. Prendre en compte aussi la mise en plac

Votre réponse
Postez un commentaire