RMC

300.000 euros d'amende pour Airbnb pour manque de transparence

INFORMATION RMC - La plateforme de location d'hébergement en ligne Airbnb écope d'une amende de 300.000 euros pour manque de transparence envers ses clients.

Airbnb sanctionné. La plateforme de location d'hébergement en ligne Airbnb écope d'une amende de 300.000 euros pour manque de transparence envers ses clients.

La direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) a épinglé le géant mondial de la location entre particuliers car il a oublié notamment des mentions légales, indispensables pour que les clients puissent louer en toute connaissance de cause. 

D'autres plateformes, Trivago et Trip Advisor ont déjà écopé d'amende pour le même motif. La DGCCRF reproche donc un manque de transparence de la part de Airbnb. Si vous louez un appartement sur Airbnb, vous ne pouvez pas bénéficier du droit de rétractation de 14 jours. Car contrairement aux achats en ligne habituels, ce droit n'existe pas lorsqu'il s'agit d'une prestation d'hébergement.

"Il faut que les consommateurs puissent acheter en toute confiance"

C'est cette information que la plateforme Airbnb n’indique pas à ces clients. Un manque de transparence désormais sanctionné par la Direction générale de la répression des fraudes.

Le gendarme de la consommation avait déjà averti Airbnb en 2019 sur ce manquement. L’amende de 300.000 euros est donc justifiée : "Il faut que les consommateurs puissent acheter en toute confiance et en toute connaissance de cause sur internet, comme ils le feraient dans un commerce physique", argumente un cadre de la DGCCRF. 

>>> A LIRE AUSSI - "Le plus dur, c'est l'attente": les commerçants parisiens dépités par le manque de touristes

Airbnb réagit à l'amende infligée par la DGCCRF

"Le droit de la consommation et l’exigence de transparence qui l’accompagne sont des sujets que nous prenons au sérieux. Nous avons d’ores et déjà mis en place des mesures, saluées par la Commission européenne, pour aider les hôtes à s’identifier en tant que particuliers ou professionnels. Nous continuons de travailler à rendre plus clair encore le statut d’hôte sur la plateforme, et à construire une relation de confiance entre les hôtes et les voyageurs."

Jean-Baptiste Bourgeon (avec J.A.)