RMC

À partir du 1er janvier, le démarchage téléphonique sera plus détectable grâce à des numéros dédiés

A partir du 1er janvier 2023, le gouvernement impose aux démarcheurs téléphoniques de nouveaux numéos de téléphones - commençant par 0937..., 0938..., et 0939... - pour mieux pouvoir les détecter.

Si vous en avez assez de subir plusieurs fois par jour le démarchage téléphonique pour vous vendre absolument tout et n'importe quoi, à partir du 1er janvier, il sera possible de les détecter en amont et donc d'éviter leurs appels.

Le gouvernement a en effet imposé aux centres d'appel que désormais ils ne puissent plus vous appelez depuis un numéro quelconque commençant par 06 ou 07. Trois numéros seront dédiés à ce démarchage: 0937..., 0938... et 09-39... Si quelqu'un vous appelle avec un de ces quatre chiffres au début du numéro, c'est qu'il s'agit d'un démarcheur.

Le démarchage interdit le week-end

L'autre changement principal concerne l'encadrement des horaires de démarchage. À partir du 1er mars, les centres d'appels n'auront plus droit de vous contacter qu'entre 10h et 13h et 14h et 20h en semaine, sous peine de sanctions financières. Il sera donc interdit d'appeler en soirée ou le week-end. Sauf que tout cela reste théorique: d'après une étude de 2020, la moitié des établissements de démarchage ne respectaient pas cela dit les règles en vigueur.

>>> Toute l'actualité éco est à retrouver en podcast

Cette nouvelle règlementation ne sera peut-être pas imparable. En 2016, le gouvernement avait mis en place le dispositif Bloctel sur lequel on pouvait s'inscrire pour bloquer les démarches téléphoniques. Sauf que les démarcheurs sont arrivés à contourner le dispositif bien souvent.

Un dispositif pour lutter contre les arnaques

Cette loi va tâcher d'être plus efficace pour protéger les consommateurs des appels intempestifs, mais aussi d'éventuelles arnaques plus graves. Parmi les arnaques visées, celles autour du Compte personnel de formation. Il arrive encore régulièrement que des particuliers se fassent voler les sommes dont ils peuvent bénéficier en donnant leurs identifiants CPF. À ce jour on recense près de 44 millions d'euros d'argent dérobés.

Guillaume Paul