RMC

Assouplissement des règles des crédits immobiliers: "C'est une prise de risque extrêmement importante"

La durée maximum d'endettement va passer de 25 à 27 ans et le taux maximum d'endettement va être porté à 35% contre 33% jusqu'à maintenant.

Les règles des crédits immobiliers vont être assouplies. C'est ce qu'a annoncé jeudi Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie. La durée maximum d'endettement va passer de 25 à 27 ans et le taux maximum d'endettement va être porté à 35% contre 33% jusqu'à maintenant.

Une mesure qui vise à faciliter l'accès au crédit des primo-accédants et à garantir le dynamisme du marché immobilier a défendu le ministre. Une décision que réclamaient les professionnels de l'immobilier et de la construction.

Mael Bernier, la porte-parole du site meilleurtaux.com salue cette décision qui était attendue par les acteurs du marché: "C'est un assouplissement qui vise les primo-accédants, qui achètent pour la première fois et qui ont peu d'apport parce qu'ils sont jeunes. Ce sont qui étaient les plus coincés comme on l'observe depuis quelques mois".

"Il y a un risque de surendettement"

"Cela va avoir des effets très positifs dans le neuf et ça va aussi avoir un peu d'effet dans l'ancien puisqu'on va re-rentrer des gens qui n'étaient plus finançables et à qui on accordait plus de prêts", prévoit-elle.

Mais Jean-Yves Mano, président de l’association de consommateurs CLCV, s'inquiète des conséquences de cet assouplissement qui pourraient favoriser le surendettement, encore plus en pleine crise économique: "Compte tenu du contexte économique où nos concitoyens n'ont aucune visibilité c'est une prise de risque potentielle extrêmement importante. Le risque, s'ils s'engagent aujourd'hui dans des conditions maximum, il y a un risque de surendettement".

"C'est une mauvaise réponse au vrai problème du prix de l'immobilier. J'espère que cette prise de conscience viendra le plus rapidement possible de l'ensemble de la chaîne de tous les acteurs de l'immobilier", conclu-t-il.
-
- © -
Nicolas Ropert avec Guillaume Dussourt