RMC

Augmentation ou baisse? Le paradoxe du pouvoir d'achat en France

"LECHYPRE D'AFFAIRE" - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

On revient sur ce paradoxe. D’un côté, des statistiques montrent une augmentation du pouvoir d’achat, de l’autre des Français qui ont l’impression que leur pouvoir d’achat diminue.

>> A LIRE AUSSI - Consommation: 43% des Français estiment avoir perdu du pouvoir d'achat

Les chiffres pour l’ensemble des Français indiquent une hausse de pouvoir d’achat de l’ensemble des Français de 6,6% depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron. C’est plus que sous François Hollande ou Nicolas Sarkozy. C’est principalement à cause des baisses d’impôts.

Sauf que la hausse vient en partie de l’augmentation du nombre de personnes et de ménages. L’évolution du pouvoir d’achat par famille est plus faible, 4,5%. Sous François Hollande, ce pouvoir d’achat a reculé.

Mais ces moyennes ne veulent rien dire

De plus en plus, la moyenne ne correspond à la vie de personne. Parce que les écarts de salaires se creusent. Ils ont augmenté de 500 euros par mois entre les mieux et les moins bien payés.

Parce que les dépenses qui ont le plus augmenté ces dernières années, ce sont les dépenses contraintes: le logement, les factures d’énergie, tout ce qui concerne l’automobile, donc moins de capacité à faire face à l’imprévu.

Et puis il y a des différences croissantes liées au patrimoine. Si vous avez placé une partie de votre épargne sur les marchés financiers (+30% et moins d’impôts), si vous êtes propriétaire immobilier, flambée du prix de votre logement: +30% si acheté avant 2010.

On peut dire que selon les années 3 à 4 Français perdent du pouvoir d’achat et 6 à 7 en gagnent.

La crise sanitaire a elle aussi accentué ces écarts. Quatre Français sur dix déclarent que la crise sanitaire a entamé leur niveau de vie, selon le baromètre du crédit Cofidis. Ce sont essentiellement les ouvriers, employés, petits commerçants artisans, étudiants. 75% des Français touchant 3000 euros et plus par mois déclarent que la crise n’a pas atteint leur situation financière personnelle.

Emmanuel Lechypre