RMC

Aujourd'hui, il n'y a aucune excuse à ne pas manger du Made in France

-

- - AFP

Pour le consultant expert Made in France Charles Huet, pas besoin "d'aller dans une boutique de bobos de centre-ville" pour manger français. Dans l'alimentaire, le Made in France est présent partout, à tous les prix. RMC.fr l'a joint à l'occasion de l'ouverture ce vendredi du salon du Made in France à Paris.

Charles Huet, consultant expert Made in France, chargé de cours sur le made in France à l’IPAG.

"Oui, c'est simple de manger français. Il y a beaucoup d'offre étrangère, mais l'alimentaire est un secteur sur lequel l'offre française est massive, contrairement à d'autres secteurs. C'est d'autant plus simple que l'alimentaire est le seul secteur sur lequel il y a un marquage d'origine obligatoire. On voit tout de suite si un produit vient de France, d'Espagne, de Nouvelle-Zélande ou du Costa-Rica. Si vous rentriez dans un Zara ou dans un H&M avec une même obligation d'étiquetage d'origine, vous pleureriez. Il n'y a pas de Made in France et presque pas de Made in Europe.

"On trouve même des premiers prix qui sont Made in France"

On n'a plus d'excuses à ne pas manger français. Pour les jambons par exemple, il y a pléthore d'offres, toutes labellisés. Sur les légumes en conserves, on a des leaders agroalimentaires: Daucy, Bonduelle… des marques qui s'approvisionnent en France et transforme les produits sur notre territoire.

C'est disponible partout, même dans la grande distribution. Pas forcément besoin d'aller dans une Amap, de commander sur Internet ou d'aller dans une petite boutique de bobos de centre-ville. C'est identifié partout, avec des prix allant du discount à l'épicerie fine. C'est l'un des secteurs où même l'excuse prix n'est pas envisageable. Je ne culpabilise pas une mère de famille célibataire smicarde qui n'achète pas du textile ou des produits d'équipements français, sauf sur l'alimentaire, puisqu'on trouve même des premiers prix qui sont Made in France.

"Consommer un peu moins frénétiquement"

L'alimentaire, la cosmétique, l'automobile, et même les arts de la table sont des secteurs sur lesquels il y a pléthore d'offres françaises, relativement bien distribuées, avec des marques présentes sur tous les niveaux de gammes. Après, effectivement, il y a d'autres secteurs, comme le textile, où les marques Made in France sont moins bien distribuées. C'est pourquoi j'appelle à consommer un peu moins frénétiquement. On n'est pas obligé d'aller faire la queue devant un Apple Store pour l'iPhone X qui coûte un Smic, ni d'aller faire la queue devant H&M et Zara un jour des soldes ou de Black Friday.

Entre acheter 20 T-shirts Primark qui seront tous morts dans un an, je préfère en acheter beaucoup moins et miser sur de la qualité et une consommation plus responsable en achetant Made in France. Et encore, concernant le prix, il y a parfois des exceptions: mon jean 1083 confectionné à Marseille, je l'ai acheté 89 euros, soit bien moins cher qu'un Diesel ou un Levis. Alors c'est sûr, en vendant plus cher et en fabriquant à bas coût, ces marques internationales peuvent se payer des égéries, faire des campagnes de pub partout. Mais bon, ce n'est pas parce que je vois 10 fois la même pub que je dois acheter ce produit. On n'est pas lobotomisés."

Propos recueillis par Philippe Gril