RMC

Bientôt un panier anti-inflation dans les supermarchés?

Le gouvernement souhaite la mise en place d'un panier anti-inflation dans les supermarchés. Le but serait de proposer les prix les plus bas possibles sur une liste de produits de première nécessité. Mais pour l'instant, les distributeurs sont loin d'être convaincus.

Dans le contexte de la hausse des prix, le gouvernement réfléchit à mettre en place un "panier anti-inflation". Une initiative de la ministre Olivia Grégoire, déléguée en charge de la consommation.

L’objectif c’est que les marques de grande distribution proposent une vingtaine de produits au prix le plus bas possible. L'idée c'est que chaque client trouve, dans son supermarché, un panier de produits de première nécessité presque au prix coûtant, ce que la loi empêche aujourd'hui. Ces prix pourraient être appliqués sur un paquet de pâtes, du lait, des produits d'hygiène pour bébé et pour adultes…

Les distributeurs pas emballés

Pour l'instant, les discussions avec les grandes enseignes ne sont qu'à leurs débuts, nous dit le ministère chargé de la Consommation Mais l'ambition c'est qu'elles se mettent d'accord sur une liste de produits d'ici le mois de mars avec à terme pourquoi pas la mise en place d'un site internet sur lequel les paniers de chaque distributeur sont recensés. Une idée que soutien le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, comme il l'a affirmé ce lundi matin sur RMC.

"C’est une manière de dire aux distributeurs, dans le fond, est-ce qu’on ne peut pas tous faire un effort? 20 produits de première nécessité, des produits d’hygiène, des produits alimentaires, sur lequel vous vous engageriez à avoir le prix le plus bas possible de façon à ce que tous ensemble nous amortissions le choc inflationniste. Celui-ci, aujourd’hui, touche beaucoup les produits alimentaires. Donc c’est dur pour les familles, c’est dur pour les ménages et il y en a encore pour quelques mois", indique-t-il.

L'objectif est clair, que face à la concurrence, les enseignes soient incitées à proposer le panier le moins cher possible. Le gouvernement ne veut pas passer par une loi et compte sur le volontariat des distributeurs. Encore faut-il les convaincre car ils sont pour l'instant échaudés par une proposition de loi qui pourrait limiter les promotions. De quoi faire dire à un représentant de grandes marques de distribution: "Faut nous dire où on va".

Hélène Terzian avec Guillaume Descours