RMC

"Ca fait mal": face à la hausse du prix du gaz, ces foyers modestes s'inquiètent pour l'hiver

Le budget commence à être impacté chez les Français, et en particulier, chez les plus modestes.

Le prix du gaz va encore augmenter en 2021. Plus 12,6% pour le tarif réglementé, une augmentation qui sera effective en octobre. Alors que le Premier ministre Jean Castex annonçait la mise en place d’une aide sociale de 100 euros pour tous les ménages qui bénéficient aujourd’hui du chèque énergie, le prix du gaz connaît des hausses répétées cette année. Il a déjà bondi de 8,7% ce mois-ci.

>> A LIRE AUSSI - Les tarifs du gaz vont augmenter de 12,6% le 1er octobre

Lorsqu'elle reçoit sa facture de gaz il y a deux mois, Marie, 72 ans, a une très mauvaise surprise.

"16 euros de plus par mois. Avec une petite retraite ça fait des charges énormes. Quand on est seule, on supporte toutes les factures seule, ça fait mal”, explique-t-elle.

Quelles solutions?

Et c'est l'hiver qu'elle redoute le plus. Son appartement est très mal isolé. Des semaines avant l'arrivée du froid, cette retraitée pense déjà aux solutions.

"Je vais mettre des pulls, des plaids, me couvrir. Mon appartement c’est quand même une passoire thermique, tout autour des fenêtres il y a des courants d’air et on ne peut pas monter le chauffage parce que ça coûte trop cher. Les factures de gaz et d’électricité ne me faisaient absolument pas peur il y a quelques années. Mais là ce sont des grosses augmentations la même année”, détaille-t-elle. 

Comme Marie, 10 millions de ménages ont le gaz chez eux. Et sept millions l'utilisent pour se chauffer, rappelle Antoine Autier, responsable adjoint des études à l'UFC que Choisir .

"Depuis le 1er janvier, on est sur du plus 45%. La crainte, c’est qu’on ait des hausses aussi élevées au mois de novembre, décembre, c’est-à-dire à des périodes où les ménages devront se chauffer et où la facture sera évidemment très importante”, appuie-t-il.

Pour aider ces Français, il alerte les pouvoirs publics qui ont leur rôle à jouer. Parmi les leviers, la possible baisse de la TVA sur le prix du gaz. 

Maryline Ottmann avec Guillaume Descours