RMC

Canicule: "Normalement on fait 70 couverts par jour le midi mais à cause de la chaleur, on n'en fait que 55"

Une semaine tout juste que la canicule a commencé à Lyon et dans la Vallée du Rhône. Une canicule qui a des conséquences sur toutes les activités du pays. Et notamment dans les restaurants.

Trop chaud pour boire un coup ou manger dehors, même en terrasse, trop chaud pour manger tout court.

Dans la Drôme, certains restaurateurs ont vu leur nombre de couverts servis baisser de 50%, idem en Ardèche avec une baisse de 30% selon les chiffres du syndicat du secteur.

"Le moindre repas chaud fait que ça passe difficilement"

Difficile avec un thermomètre qui affiche 37 degrés d'aller manger au restaurant pour Sarah.

"On n’a pas envie de manger dehors, on n’a pas envie de manger tout court. Le moindre repas chaud fait que ça passe difficilement. La semaine dernière j’ai mangé en terrasse et la fin de repas c’était très difficile".

"On s’est adapté à la clientèle et à la formule du jour"

Pourtant, dans son auberge, Julien Tardy a comme beaucoup de restaurateurs adapté sa carte aux températures caniculaire qui s'abattent sur le département de la Drôme.

"On s’est adapté à la clientèle et à la formule du jour notamment, on propose une assiette fraîcheur avec crudités, melon, jambon cru et un peu de carpaccio".

"On propose des salades, des choses pas trop lourdes à manger"

Ce gérant constate une baisse de la fréquentation de son restaurant, notamment le midi.

"En moyenne l’été, on tourne à 70 couverts par jour le midi alors qu'aujourd'hui, on fait 55 couverts à cause de la chaleur. Régulièrement, on nous demande si on a la climatisation, si on propose des salades, des choses pas trop lourdes à manger".

"Il y a des restaurants qui sont malheureusement déjà à moins 10%"

Et ce cas n'est pas isolé. Guy Lambert est le président du syndicat UMIH, l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie pour la Drôme.

"Il y a des restaurants qui sont malheureusement déjà à moins 10%. Mais il y a pire, on peut descendre jusqu'à moins 50% donc là ça devient très très grave parce qu’il y a des gens qui sont en saison et qui compte sur ce court temps pour faire leur chiffre de l’année et qui ont embauché du personnel pour ça".

Le syndicat craint d'ailleurs de nombreuses fermetures d'établissements à la fin de l'été, si la canicule se prolonge.

Gwenaël Windrestin (avec C.P.)