RMC

Changement climatique: comment les viticulteurs s'adaptent à la hausse des températures

Les vignobles français souffrent déjà de la hausse des températures. Certains viticulteurs ont décidé de prendre les devants et de changer leurs pratiques pour sauvegarder leur patrimoine.

Alerte au réchauffement climatique. Le président de la COP 23, qui s'est ouverte hier, a lancé un appel aux dirigeants du monde à agir plus fortement contre le changement climatique. Selon l'ONU, l'année 2017 sera l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées, avec 2016 et 2015.

En France, la hausse des températures a déjà fait sentir ses effets dévastateurs sur les vignobles: vendanges de plus en plus précoces, altération du taux d'alcool et des arômes… Certains viticulteurs s'adaptent déjà à ces nouvelles conditions météo.

Retour des cépages oubliés

Dans le département du Gers, la coopérative viticole Plaimont cultive une parcelle de vigne un peu spéciale: elle y étudie une quarantaine de cépages oubliés, certains vieux de plus de 200 ans, certains aussi plus résistants au changement du climat.

"L'idée, c'est de petit à petit remettre en route des cépages délaissés qui feront très certainement nos vins de demain. J'ai en tête un très bon exemple: le cépage qui s'appelle le tardif. Il porte bien son nom, il mûrissait trop tard. Là, on nous prédit quelques degrés de température supplémentaires, donc ce cépage se retrouve tout à fait adapté à ces changements climatiques", détaille Nadine Raymond, en charge de la recherche et développement.

"Choisir des expositions plutôt au nord"

D'autres vignerons ont choisi de s'adapter différemment, en changeant l'exposition des plans de vigne par exemple. Le pépiniériste Lilian Bérillon, parcourt les exploitations pour conseillers les viticulteurs: "On est très présents sur le terrain pour leur faire retrouver un peu les gestes oubliés. Il y a encore peu de temps, on recherchait des expositions plein sud pour avoir des degrés alcooliques les plus élevés possibles. Aujourd'hui, il faut faire l'inverse. Il faut mettre les vignes dans des coins un peu plus ombragés, dans des expositions plutôt au nord. Il y a une véritable demande et une véritable préoccupation des vignerons".

À tel point que certains ont choisi de planter des vignes ailleurs qu'en France: le producteur de champagne Taittinger a déjà acheté plus d'une cinquantaine d'hectares dans le Nord de l'Angleterre.

Juliette Droz (avec P.B.)