RMC

Conséquence des intempéries et du gel, les prix des fruits d'automne risquent de s'envoler

Les gelées d'avril entraînent déjà une hausse du prix des pommes et des poires. Et les prix pourraient encore exploser.

Pascal Gourd, producteur de poires aux Chères dans le Rhône, a perdu 95% de sa production dans la nuit du 8 avril dernier. La température est descendue à -8 degrés ce jour-là: "Sur une année normale on ramasse 60-70 palettes dans la journée. Là on en ramasse 5 palettes ce qui va faire à peine 1500 kilos

Henri Chasset est lui aussi producteur de poires dans le même village. La plus grande partie de sa récolte a gelé. Conséquence, il a dû adapter ses tarifs pour la vente à la ferme: "Les premières poires que nous avons ramassées nous les vendons à 2,7 euros le kilo. L'an dernier, la même poire se vendait entre 1,5 et 2 euros le kilo".

"L'objectif ce n'est pas d'assommer le consommateur"

Comme pour les cerises, les abricots ou encore les pêches cet été, les prix des pommes et des poires sont en augmentation. Les consommateurs ont bien noté la hausse des prix. Mais pour Margaux qui veut faire un gâteau, rien ne peut la dissuader d’acheter des goldens: "La golden à 3 euros, c'est certainement au-dessus des prix mais c'est une question d'envie"

La Chambre d’agriculture du Rhône veille à trouver un équilibre pour que producteurs et consommateurs s’y retrouvent: "L'objectif ce n'est pas d'assommer le consommateur. Il y aura une augmentation mais que l'on veut la plus raisonnable possible", assure Christophe Gratadour conseiller spécialisé en arboriculture. Et pour que les prix n’explosent pas, les arboriculteurs comptent sur des aides de l’Etat.

>> A LIRE AUSSI - Pour Bruno Le Maire, l'économie française "se porte bien": exagère-t-il?

Chrystel Schneider (avec Guillaume Dussourt)