RMC

Consommation: les Français veulent plus de promotions sur les produits presque périmés

Les Français prêts à faire leurs courses chaque jour? Ils sont une écrasante majorité à plébisciter les réductions sur les produits à "dates courtes", les produits disponibles en magasin mais périmant le lendemain.

À chaque fois qu'elle fait ses courses, Louise regarde les dates limite de consommation. Elle achète régulièrement des produits à consommer rapidement, le jour même ou le lendemain: "En date courte, je prends des produits que je peux congeler".

Comme elle, les Français sont nombreux à plébisciter les offres promotionnelles sur les produits alimentaires bientôt périmés. Selon un sondage OpinionWay du 26 mai, un tiers des acheteurs est prêt à opter pour un produit avec une date de péremption proche, à la condition qu'il y ait une réduction sur le prix. Un moyen de limiter le gaspillage alimentaire, mais surtout de faire des économies alors que l'inflation fait rage.

Plus de 9 Français sur 10 demandent même aux enseignes davantage de réduction sur ces produits dont la date limite de consommation est proche. Car ce jour-là, à la sortie du magasin, mauvaise surprise pour Louise: "J'ai pris du canard, il est à consommer avant le 3. Au départ, j'ai cru que j'avais pris un produit soldé mais finalement, non". De la viande à consommer en moins de deux jours, une pratique pas normale selon elle.

La ruée sur les bacs empêche de plus fortes réductions

Carole aimerait aussi que les enseignes fassent plus d'efforts. Dans son caddie, plein de courses, mais aucun produit à dates courtes. "Il n'y avait rien d'intéressant et pas assez de remise: -20%, -30%, ce n'est pas intéressant, il faudrait -50%, -60%. Là je ne vais pas m'embêter, je préfère prendre des dates longues et ne rien perdre", assure-t-elle.

Un produit à consommer dans la journée est vendu à -50% en moyenne actuellement.
Et ces remises ne devraient pas augmenter, prévient Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution: "Tant que le distributeur arrive à écouler ce qu'il a à -50%, il ne va pas le faire à -60%, il n'en a pas l'intérêt. Mais si à 19h, il n'a rien vendu, la réduction va peut-être passer à -80%". Sauf qu'actuellement, la demande est telle qu'une grande partie de ces produits en dates courtes trouvent preneurs dans les minutes qui suivent l'ouverture des grandes surfaces.

Martin Bourdin (avec G.D.)