RMC

Crise des producteurs laitiers: "Lactalis profite de sa position pour faire pression sur les prix"

Les producteurs de Bretagne, Normandie et Pays de la Loire se sont donné rendez-vous pour une manifestation interrégionale ce lundi soir à Laval, siège de Lactalis, le numéro un mondial des produits laitiers considéré comme "le plus mauvais payeur" parmi les industriels laitiers.

Etranglés par les cours très bas du lait, les producteurs de l'Ouest ont décidé de faire entendre leur colère ce lundi à Laval, au siège de Lactalis. Le numéro un mondial des produits laitiers est considéré par les producteurs comme étant "le plus mauvais payeur" parmi les industriels laitiers. Aujourd'hui, selon l'AFP, l'industriel Lactalis achète aux producteurs leur lait 257 euros pour 1.000 litres alors que le coût de production moyen est estimé à 350 euros pour 1.000 litres.

Fondée en 1933, à Laval, par André Besnier, cette entreprise est aujourd’hui dirigée par son petit-fils, Emmanuel Besnier, 45 ans. Elle emploie 75.000 personnes à travers le monde et 15.000 en France et on chiffre d’affaires s’élève à 17,5 milliards d’euros. Lactalis est le leader mondial des produits laitiers transformés. Lactel, Président, La Laitière, Rondelé… autant de marques qui appartiennent au groupe. Son nom, méconnu, n'est pas présent sur les étiquettes mais ses dizaines de produits sont partout dans les étals et en font un géant multinational du lait.

"Une multinationale avec une stratégie ultra-offensive"

Mais Lactalis est souvent pointé du doigt pour son manque de transparence. Le groupe ne communique pas ses données financières et se fait très discret dans la presse. Ainsi, son patron ne se montre jamais, pourtant il pointe au 13ème rang des plus grandes fortunes de France. Autre distinction: Lactalis achète le lait au prix le plus bas pratiqué en France, autour de 27 centimes d'euros le litre. Un prix que contestent les producteurs fermement les producteurs de lait

En revanche, pour Aurélie Trouvé, agro-économiste à l'AgroParisTech (institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement), Lactalis est un redoutable industriel. "C'est une multinationale avec une stratégie ultra-offensive au niveau international avec des rachats en cascade. Ils sont sur tous les continents du monde et ont une croissance extrêmement rapide. Ils collectent près d'un producteur laitier sur quatre en France et profitent de cette position pour faire pression sur les prix qu'ils payent aux producteurs", explique-t-elle.

"Le prix du lait ne se calcule pas sur un mois mais sur un an"

Et d'ajouter: "Ces producteurs n'ont très souvent pas le choix d'un autre collecteur. Ils ne peuvent pas aller voir ailleurs la concurrence. Il n'y a en effet que Lactalis là où ils sont. Lactalis est donc aujourd'hui redoutable face aux producteurs laitiers". De son côté, le géant Lactalis se défend de tirer les prix vers le bas et un "discours irresponsable du syndicalisme agricole".

"Prendre pour cible une seule entreprise alors que nous sommes dans une crise de surproduction, ne nous paraît pas responsable, dénonce Michel Nalet, directeur des relations extérieures de Lactalis. A la fois parce que les causes ne nous paraissent pas liées uniquement à un prix du lait sur un mois. Car le prix du lait ne se calcule pas et ne s'apprécie pas sur un ou deux mois mais sur une année." Pointer Lactalis dans cette crise, "c'est aussi remettre en cause le travail de nos collaborateurs", estime-t-il encore. "Nous sommes 15.000 en France à travailler pour valoriser et mettre en avant les produits des producteurs travaillant avec le groupe".

M.R avec Miléna Peillon