RMC

Dénoncé par un voisin, un restaurateur devant la justice pour avoir servi des clients: il raconte sur RMC

TEMOIGNAGE RMC - RMC a rencontré Stéphane dans son établissement à Auvernaux, village de 400 habitants dans l'Essonne.

D'ordinaire, c'est l'heure de son coup de feu, mais aujourd'hui il sera à la barre. Un restaurateur est jugé ce mardi midi au tribunal correctionnel d'Evry-Courcouronnes. Sa faute? Avoir organisé - en cachette - un repas avec une vingtaine de clients, le 29 janvier dernier. 

Dénoncé par un voisin, l'homme risque désormais la fermeture administrative de son établissement à Auvernaux, village de 400 habitants dans l'Essonne. Mais, aujourd'hui, seul au milieu de sa vaisselle, Stéphane retrace ce déjeuner, organisé un mois plus tôt pour une vingtaine de clients, des habitués. 

"J'ai empêché les gendarmes d'entrer dans la salle et en attendant qu'ils appellent des renforts, je me suis permis d'ouvrir la fenêtre pour faire sortir les clients". 

Après cette "opération exfiltration par la fenêtre", aucun client n'a été verbalisé, ni identifié par les gendarmes. 

"J'ai joué et j'ai perdu"

Déjà verbalisé après avoir été dénoncé par un voisin, il risque désormais une fermeture administrative, poumon économique et social du village, ce restaurateur retient son souffle. 

En direct sur RMC, Stéphane se défend: "C'était une première pour réunir amis et clients. C'était un manque, on en avait besoin pour être ensemble. On s'était rassemblés à une petite vingtaine de personnes et on avait tout prévu: masques, et distanciation sociale. Humainement, cette fermeture va faire mal: je suis le seul commerce du village. C'est le centre d'Auvernaux, c'est l'âme du village. J'ai joué et j'ai perdu, il faut que j'assume" confie-t-il.

En attendant, il continue la vente à emporter et peut compter sur le soutien du village, comme Luc et Philippe, qui finissent un café à l'extérieur. 

"C'est mon voisin et un ami, je suis vraiment de tout coeur avec lui" sourit Luc. Et Philippe d'insister: "Je viens boire un verre, je vois les copains... Je ne vois plus personne depuis trois ou quatre mois. Espérons pour lui qu'il n'ai pas d'amende, que la justice soit un peu clémente". 

"Je vais me défendre comme je peux, sans avocat"

Jugé pour "mise en danger de la vie d'autrui", Stéphane pourrait aussi voir ses aides supprimées, dernier garde-fou de son commerce.

Et de confier en "vouloir un peu à celui qui m'a dénoncé. (...) Les gendarmes m'ont dit que c'était une voiture qui gênait. Je savais que l'on voyait les voitures de l'extérieur. Il y a plein de trucs qui ne sont logiques en ce moment (...) Je vais essayer de me défendre comme je le peux, j'y vais seul sans avocat. je reconnais mes torts, il faut que j'assume" insiste l'amateur de rugby.
Alfred Aurenche avec Xavier Allain