RMC

"Des bras d’honneur, des insultes": un agriculteur dénonce "l'agribashing" au quotidien sur RMC

Les agriculteurs se mobilisent dans toute la France ce mardi. Ils se donnent rendez-vous devant toutes les préfectures pour interpeller Emmanuel Macron sur la déconsidération dont ils sont victimes. RMC a rencontré Guillaume, agriculteur dans l'Orne.

"Macron réponds-nous!": les agriculteurs se mobilisent dans toute la France mardi, répondant à l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, pour dire leur ras-le-bol de ce qu'ils estiment être "l’agribashing". Accusés d’être des pollueurs ou de maltraiter leurs animaux, certains agriculteurs sont régulièrement visés par les attaques des riverains.

Guillaume, que RMC a rencontré dans l'Orne, s’en souvient comme si c’était hier:

"J'étais en train de pulvériser dans mon champ et j'ai été stoppé par un voisin qui m’a indiqué que la semaine passée j’étais déjà en train de traiter et que depuis sa femme toussait".

Or, ce jour-là, l’agriculteur affirme qu’il ne pulvérisait pas de pesticides mais un produit utilisé dans l’agriculture bio, sans risque pour la santé:

"Je suis resté un peu estomaqué de me dire 'mais comment ça se fait qu’on me demande des comptes sur ce que je suis en train de faire dans mes champs?'. J’essaie d’évoluer, de progresser. On se pose plus la question de ce que l’on fait c’est si on sort ce type de matériel là, tout de suite on est mis au banc des accusés".

"Heureusement qu'on a les nerfs solides"

Et dans sa coopérative agricole Guillaume n’est pas le seul à souffrir de cette situation: "On se prend des bras d’honneur, des insultes. C’est dévalorisant. Heureusement qu’on a les nerfs solides mais on en a marre quoi".

Il en appelle donc directement à Emmanuel Macron: "J’aimerais lui dire de renouer le dialogue. Il faut arrêter de toujours en rajouter sur les agriculteurs qui le vivent très très mal".

Guillaume sera donc présent mardi matin, à Alençon, dans l'Orne, devant la préfecture pour clamer haut et fort le mal-être de sa profession.

Marie Monier et Alfred Aurenche