RMC

Diplômé d'Harvard, fan de hockey... Ce qu'il faut savoir sur le nouveau PDG d'Amazon, Andy Jassy

"LE PORTRAIT DE POINCA" - Andy Jassy a succédé à Jeff Bezos a la tête du géant du commerce en ligne.

Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, veut prendre de la hauteur a tous les sens du terme. Il va décoller pour l'espace le 20 juillet. Il va désormais s’occuper de conquête spatiale et de protection de la planète, et il lâche donc les rênes d’Amazon. Il confie à partir de ce lundi les rênes de son empire à son numéro deux.

>> A LIRE AUSSI - Jamais un homme n'a été aussi riche: comment Jeff Bezos a-t-il construit son empire?

Andy Jassy a 53 ans, il est entré chez Amazon il y a 24 ans quand l’entreprise était encore surtout une librairie en ligne qui venait d'être introduite en bourse. Il se définit lui-même comme “l’ombre de Jeff Bezos”, celui qui assiste à toutes les réunions, tous les rendez-vous.

Sa carrière, il la doit à une intuition. En 2003, il constate qu'Amazon a de monstrueuses installations informatiques et pourrait louer ses capacités de stockage. Il crée le Cloud d'Amazon qui va devenir numéro un sur le marché mondial de la conservation des données. Et aujourd’hui, c’est la vache à lait du groupe. La filiale qu’il dirige réalise 60% des bénéfices.

Amazon gagne plus d’argent avec ses ordinateurs qu’avec ses livraisons et tout ça en grande partie grâce à Andy Jassy, ce New-Yorkais diplômé de Harvard, fou de sport, propriétaire d’un club de Hockey. Assez discret dans la vie, mais capable de prendre des positions politiques, par exemple contre Trump ou contre les violences policières.

Changer l'image d'Amazon

Andy Jassy va donc devenir ce lundi le patron opérationnel d’Amazon, ce qui veut dire le troisième employeur privé du monde, derrière les grands magasins Walmart et une entreprise pétrolière chinoise. 1,3 millions de salariés, dont 500.000 au cours des 12 derniers mois. Jamais aucune entreprise n’avait recruté autant de monde en si peu de temps.

>> A LIRE AUSSI - "La guerre est déclarée": Amazon lance ses soldes 7 jours avant la date officielle, au grand dam des commerçants

Avant de partir, Jeff Bezos a ajouté un commandement à la charte de l’entreprise. “Être un bon employeur”. Il serait temps et il y a du boulot. Amazon a effectivement la réputation d'être la dernière entreprise où l'on a envie de travailler. Des cadences infernal, des pauses pipi minutées, et un management brutal et masculin à 80%,

Il y a aussi l’absence de toute représentation syndicale qui ternit l’image du groupe. Andy Jassy va devoir casser cette image. Il a la réputation d'être plus humain que son mentor Jeff Bezos.

Nicolas Poincaré