RMC

Disneyland Paris, Parc Astérix, Puy du Fou: les parcs d'attraction vont-ils quand même sauver leur été?

DUPIN QUOTIDIEN - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Victor Joanin, dans RMC Direct, sur RMC.

Un début d’été compliqué des parcs d'attractions en France... Bon nombre de parcs de loisirs français ont déjà rouvert mais le public n'est pas encore tout à fait au rendez-vous.

Même si la fréquentation augmente doucement mais sûrement au fil des semaines, on est loin des standards habituels. En tout cas pour les parcs plus emblématiques. Ainsi, au Puy du Fou, qui a été l'un des premiers à rouvrir, il y environ deux fois moins de monde que d’habitude. Au Futuroscope, alors qu’en cette saison il y a en temps normal environ 8.000 visiteurs quotidien, on est plutôt entre 3 et 5000.

Et même le Parc Astérix n’était rempli qu’aux deux-tiers le week-end dernier. C’est donc le moment ou jamais de visiter ces parcs sans faire trois heures de queue avant de monter dans le manège. Au Futuroscope, même pour accéder à "Objectif mars", les nouvelles montagnes russes qui viennent tout juste d’être inaugurées, il n’y a pas plus de 30 minutes d’attente.

La situation est complexe pour le premier parc d’attraction d’Europe, Disneyland Paris, qui a rouvert ses portes mercredi. Malgré une ouverture officielle en grandes pompes, cette première journée n'a pas été particulièrement attractive. Et c’est plutôt logique, étant donnée l’absence des étrangers, qui représentent d’habitude la moitié des visiteurs. A noter également que les places ont été limitées par la direction: la jauge a été fixée à 24.000 visiteurs par jour, d'après les syndicats, c’est presque 4 fois moins que la fréquentation normale en haute-saison.

Les protocoles sanitaires sont stricts, et parfois déçoivent les visiteurs. Ainsi, au Parc Astérix, les spectacles qui se déroulent à l’intérieur ont été annulés ; à Disneyland, il y a 2000 points de gel hydro-alcoolique et les enfants n’ont pas le droit de faire un câlin à Mickey ; au Futuroscope, l’attraction autour de l’univers de Sébastien Loeb n’a pas rouverte car c’est trop compliqué de nettoyer les casques virtuels après chaque passage…

Mais impossible de faire la police derrière chaque visiteur: certains parcs sont donc contraints de durcir les règles, c’est le cas du parc Le Pal, dans l’Allier: à partir d'aujourd'hui, le masque devient obligatoire dans les files d’attente et à la billetterie car il était impossible de faire respecter la distanciation physique. 

Victor Joanin