RMC

Face à l'inflation, 64% des Français optent pour des marques moins chères au supermarché

Face à la baisse du pouvoir d'achat des Français, les habitudes de consommation changent. RMC dévoile en exclusivité ce mardi les résultats d'une étude de YouGov pour l'application antigaspi Too Good to Go. Elle révèle que 70% des personnes interrogées réduisent les volumes achetés et 64% d'entre eux optent pour une marque moins chère.

Face à l'inflation galopante depuis des mois, les Français s'adaptent. Ce mardi, RMC dévoile les résultats d'une étude de Yougov pour l'application anti-gaspi Too Good to Go, sur les changements dans les habitudes de consommation des Français.

Celle-ci révèle que 75% des personnes interrogées se ruent sur les promotions en magasin pour réduire la facture, 70% d'entre eux réduisent les volumes achetés ou encore 64% optent pour une marque moins chère.

Les principaux postes de dépenses, eux, répondent aux besoins primaires, comme le logement, le gaz, l'électricité ou l'alimentation.

"C'est la course pour tout le monde"

Les marques "premier prix" sont donc un recours, parfois indispensable, pour de nombreuses familles.

Devant un supermarché Lidl à Paris, ce 5 septembre 2022, les clients sont unanimes. "Au niveau du riz par exemple, on passe de Uncle Ben’s à autre chose, le concentré de tomates, l’huile d’olive, des choses comme ça, maintenant je prends des sous-marques", affirme l'une d'elles.

"J’étais quelqu’un qui ne regardait pas forcément les prix, maintenant je les regarde un peu plus", ajoute un autre.

Ces clients savent que tous les acteurs essayent d'obtenir le meilleur prix. "C’est un peu la course pour tout le monde, pour les consommateurs, pour les marques, pour les fournisseurs, pour les distributeurs, il faut aller très vite", souligne une consommatrice.

+17% de ventes pour les marques "premier prix"

Selon le magazine LSA (Libre service actualités), les ventes de ces marques "premier prix" ont augmenté de 17% depuis un an. "Les distributeurs sont obligés d’en tenir compte par leur système de promotion, on voit que certaines enseignes lancent des opérations de prix bloqués" et mettent "en valeur les marques les moins chères", déclare Yves Puget, directeur de la rédaction du magazine LSA.

Pour autant, même si elles restent moins chères de 20%, ces marques augmentent fortement, car peu de marges y sont possibles.

Rémi Ink (édité par Astrid Bergere)