RMC

Face à la baisse de consommation de viande, les éleveurs veulent redorer leur image

-

- - -

La Fédération nationale bovine tient ce jeudi son assemblée générale et s'inquiète de la situation des éleveurs alors qu'on mange de moins en moins de viande rouge en France.

On mange de moins en moins de bœuf. La consommation ne cesse de diminuer, selon les derniers chiffres de FranceAgriMer. Pour l’an dernier, la consommation par Français et par an est estimée à 32 kilos de porc, 30 kilos de volailles et 23 kilos de bœuf et de veau. Cela correspond aux kilos équivalent carcasse, c’est-à-dire à la carcasse de viande à la sortie de l’abattoir (avec tout le gras et les os), ce n’est pas ce que nous mangeons réellement. En tous cas, cela permet de mesurer que notre consommation de viande rouge baisse d’année en année.

Pourquoi? D'abord parce que la viande de bœuf coûte plus cher, parce qu'elle est soupçonnée d'être probablement cancérogène par l'Organisation mondiale de la santé, mais aussi parce que l'élevage bovin est l'une des principales causes de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

Les critères du label rouge durcis

Et justement les éleveurs veulent redorer leur image. Objectif: que le bœuf label rouge passe de 3% seulement des ventes aujourd’hui à 40% d'ici 5 ans. Et justement les critères pour obtenir ce fameux label rouge viennent d'être durcis. Désormais, pour l'obtenir, il faut que les élevages soient autonomes à 80%. Cela signifie que l'essentiel de l'herbe et des fourrages donnés aux animaux doit provenir de la ferme.

L'alimentation des troupeaux doit aussi être garantie sans OGM et sans huile de palme. L'utilisation d'antibiotiques n'est pas bannie mais limitée. En clair, la profession mise sur une montée en gamme pour tenter de rassurer les consommateurs. On devrait voir fleurir les steaks hachés label rouge dans les rayons des supermarchés

Le steak haché représente désormais plus de 50% de la viande bovine consommée en France, que ce soit à la maison mais aussi hors domicile, au restaurant, dans les hamburgers, les plats préparés.

Selon une étude Kantar sur les 4 dernières années, les volumes de pièces de bœuf (steak, rôti, faux-filet, entrecôte) ont diminué de près de 13% tandis que les volumes de haché pur bœuf achetés ont augmenté de 2%.

Marie Dupin