RMC

Faut-il avoir une assurance pour faire de la trottinette ou du vélo électrique?

RMC
Il faut le plus souvent avoir au moins une assurance de responsabilité civile pour se prémunir de tout problème en cas d'accident.

Les EDP, engins de déplacements personnels, les vélos, les patins à roulette et les trottinettes ne nécessitent pas d’assurance. En revanche, les EDPM, les engins de déplacements personnels motorisés, hoverboard, trottinettes électriques, gyropodes, doivent eux être au minimum assuré à la responsabilité civile. Concernant les vélos électriques, cela dépend de la puissance. Si celle-ci dépasse les 250 watts, le vélo devient un EDPM et doit être assuré.

L’assurance de responsabilité civile permet d’indemniser les dommages qui peuvent être causés à un tiers en cas d’accident. En revanche, elle ne prend pas en compte les dommages causés à son utilisateur ni le vol. Dans ce cas, il faut souscrire une assurance supplémentaire.

Et ne pas souscrire d’assurance peut coûter cher notamment pour les trottinettes électriques. Peu d’usagers le savent mais rouler en trottinette électrique sans assurance peut être puni d’une amende pouvant aller jusqu’à 3750 euros.

De plus, si vous avez une trottinette qui file à plus de 25 km/h, en cas d’accident le simple fait de dépasser cette vitesse, annulera la couverture par l’assurance. Si un vélo a une gâchette pour accélérer et non une simple assistance électrique, il devient lui aussi un EDPM.

Enfin, attention aux trottinettes en libre-service et en location. Les usagers ne le savent pas mais certains opérateurs se dégagent de toute responsabilité en assurant que c’est le pilote qui a l’obligation de s’assurer.

La rédaction