RMC

Faut-il obliger la restauration collective à donner les aliments non-utilisés aux associations?

-

- - AFP

Les Etats généraux de l'alimentation (EGA) se clôturent ce jeudi après 5 mois de travaux. Dans le cadre de la lutte contre le gaspillage alimentaire, le gouvernement prévoit de contraindre la restauration collective (cantines d'entreprises, d'hôpitaux, de lycées...) à donner les denrées consommables qu'elles n'ont pas écoulées à des associations caritatives, comme c'est déjà le cas pour les supermarchés. Une bonne idée? RMC a posé la question aux principaux intéressés.
  • Eric Lepêcheur est le président de Restau’Co, l'association qui regroupe les acteurs de la restauration collective en gestion directe (les structures publiques de restauration collectives).

"Dans les cuisines centrales on fabrique des denrées en général multi-portions ou mono-portions, conservées à 3° pendant 3 jours. Alors, oui, tant qu'il n'y a pas de rupture de la chaîne du froid, nous pouvons réutiliser ces denrées pendant trois jours. On n'a donc pas vocation à jeter ces produits pour les donner à des gens qui n'ont pas à manger, je trouve que c'est très pertinent".

  • Dominique Bénézet, délégué général du Syndicat national de la restauration collective concédée (qui représente les entreprises privées de restauration collective).

"C'est une mesure qui est sans doute sympathique dans son esprit. Simplement, le gaspillage en restauration collective n'est pas au niveau des repas non servis, mais davantage aux quantités qui peuvent être laissés par les convives dans leur assiette. Vouloir mettre en place des circuits de ramassage des 21.000 restaurants collectifs français, c'est totalement illusoire."

P. G. avec Victor Joanin