RMC

Faut-il obliger les clients de restaurants à donner leur empreinte de carte bancaire pour faire une réservation?

Les clients qui réservent une table et qui ne viennent finalement pas: c'est une situation de plus en plus courante pour les restaurateurs. Pour limiter leur manque à gagner, certains professionnels demandent à l’avance les numéros de carte bancaire de leurs clients. Ca fait débat sur RMC.

Les restaurateurs les appellent les "No show": ces clients qui réservent, mais ne se présentent pas ensuite... 

Si l'on ne dispose pas de chiffres officiels, selon certains professionnels, ces clients fantômes peuvent représenter jusqu’à 30% de perte de chiffre d’affaire. Un véritable fléau auquel font face de nombreuses enseignes et notamment les plus fragiles. Les restaurants étoilés ne sont pas non plus épargnés: ils peuvent perdre entre 60 et 150.000 euros par an.

Comment lutter? L'une des solutions est de ne plus prendre de réservations. Mais, tous les restaurants ne peuvent pas se permettre de faire patienter leurs clients sur le trottoir. 

Des restaurateurs ont donc mis en place un autre système: exiger une empreinte bancaire. Au moment de réserver, les clients saisissent leur numéro de carte bleue.

Xavier Zeitoun a fondé le site internet "Zenchef", qui permet justement aux restaurateurs de prendre les empreintes bancaires au moment de la réservation: "On peut tous avoir des cas particuliers qui font qu'on ne se présente pas dans un restaurant. Mais le constat est qu'une nouvelle génération de consommateurs ne prévient plus le restaurateur. Et finalement, quand ils bloquent des tables, c'est de la perte sèche. On estime cela entre 25 à 30% de chiffre d'affaire supplémentaire qu'ils pourraient faire s'ils avaient activé le système d'empreinte bancaire". 

L'addition... avant de manger?

Un système efficace selon lui: la proportion de clients qui font faux bond passe de 25 à 1 %. 

Reste à convaincre les clients. "Une empreinte de carte bleue pour un restaurant, c'est comme si je posais une caution", déplore Stéphanie, de Paris, qui n’est pas prête à donner son numéro de carte bancaire à l’avance pour réserver une table. 

"Pour moi, une caution, c'est plutôt pour un véhicule, pour réserver un hôtel s'il y a le moindre souci. Un restaurant, ça tournera toujours, donc même si on fait une réservation, pas besoin d'une empreinte de carte bleue: n'importe qui peut y accéder, on passe devant et on se dit 'tiens, ce resto est sympa'. Pour moi, c'est inutile. Sans parler des systèmes de piratage. Je trouve ça gênant".

Pour lutter contre ces clients fantômes, certains restaurateurs sont prêts à aller encore plus loin: comme l’avion, l’hôtel ou la location de voiture, ils envisagent de faire payer l'addition quelques jours avant et non plus après...

Caroline Philippe avec Xavier Allain