RMC

Faut-il s'inquiéter d'un potentiel retour des farines animales?

Un projet d’élevage intensif de 117600 poulets a été autorisé dans le Nord, contre l’avis des riverains et des autorités locales. Et vous, pour ou contre ce type d’élevage?

Un projet d’élevage intensif de 117600 poulets a été autorisé dans le Nord, contre l’avis des riverains et des autorités locales. Et vous, pour ou contre ce type d’élevage? - Crédit: Pixabay

DUPIN QUOTIDIEN - Les farines animales, qui font penser à la crise de la vache folle, pourraient faire leur retour après le feu vert de la commission européenne.

Elles sont interdites depuis les années 2000. Elles font immédiatement penser à la crise de la vache folle qui avait entrainé un effondrement de la consommation de viande de boeuf en Europe. Les farines animales pourraient bientôt faire leur retour.

Un retour très discret, pour l'instant, et pas encore totalement officiel puisqu'il y a encore quelques étapes à franchir. Mais la commission européenne a bel et bien donné son feu vert à l'autorisation des PAT. Les "PAT" P/A/T pour "protéines animales transformées". En clair des farines animales nouvelle génération, mais avec d'un autre nom pour ne pas trop effrayer les consommateurs.

Alors soyons clairs, ça ne va pas être exactement le même type de farines que dans les années 90. Les "PAT" seront fabriquées avec des parties d'animaux écartées de la chaine alimentaire par exemple les viscères, le gras, le sang, les pieds mais elles seront ces parties prélevées sur des animaux sains, destinés à la consommation humaine, alors que dans les années 90 on utilisait aussi des animaux morts, des animaux malades et même des organes comme le cerveau ou la moelle épinière qui sont totalement impropres à la consommation.

Et puis ces nouvelles farines ne pourront pas être utilisées pour l'alimentation des bovins

Ce qui devrait permettre d'éviter un retour de la vache folle puisque cette maladie dite à prion ne touche que les ruminants. Autre nouveauté, le cannibalisme sera interdit c'est à dire qu'on ne pourra pas donner de farines de porcs à des porcs, ni de farines de volailles à des volailles.

Le problème c'est que malgré tous ces gardes fous il y aura toujours un risque de fraude ou de mauvaise utilisation, par exemple un mélange de farines au moment de la fabrication ou du stockage.

D'ailleurs l'Anses qui est notre agence sanitaire a toujours dit jusqu'à présent qu'il n'y avait pas assez de garanties de sécurité sur ces nouvelles farines animales. L'Anses qui doit rendre un nouveau rapport sur le sujet à la fin du mois.

>>> A LIRE AUSSI - Contre la nouvelle PAC, des centaines d’agriculteurs bio vont manifester à paris

Marie Dupin (avec J.A.)