RMC

Faut-il taxer Amazon pour revitaliser les centres-villes?

Les sénateurs ont voté à l'unanimité une proposition de loi visant à taxer les achats sur Amazon pour dégager des fonds qui doivent servir à revitaliser les centres-villes. Martial Bourquin, l'un des coauteurs de cette proposition de loi, s'explique ce mardi dans Bourdin Direct.

Pour revitaliser les centres-villes, les sénateurs envisagent de taxer Amazon. C'est une des mesures d'une proposition de loi adoptée jeudi soir à l'unanimité par les sénateurs, pour redonner vie aux centres-villes. Le taux de vacance commerciale atteint dans de nombreuses villes plus de 20% (c'est 26% à Vierzon et 29% à Calais), à cause notamment de l'implantation de centres commerciaux en périphérie, mais aussi à cause du boom du e-commerce.

"Vous avez les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) qui ne paient quasiment pas d'impôts et qui font une concurrence absolument déloyale à l'ensemble du commerce en France, explique dans Bourdin Direct Martial Bourquin, sénateur (PS) du Doubs et coauteur de la proposition de loi. On essaie de remédier à cette anomalie". La taxe sera fixée entre 1 et 2 % du prix du bien commandé sur Amazon, lors de chaque vente.

"Une culture de la périphérie"

Outre cette "taxe Amazon", la proposition de loi comprend également une taxe sur l’artificialisation des sols. "Ça devient dramatique ces grandes surfaces qui s'installent dans les périphéries et qui mangent des surfaces agricoles qui nous feront défaut dans les prochaines années", dénonce Martial Bourquin. "On a une culture de la périphérie. On est allé tellement loin qu'on a mis en cause nos centres-villes. Dans certaines villes, c'est irréversible".

P. G. avec J-J. Bourdin