RMC

Faut-il une TVA "au plus proche de zéro" pour les fruits et légumes?

L’interprofession des fruits et légumes milite pour que la TVA sur les fruits et légumes qui est actuellement de 5,5%, soit baissée "au plus proche de zéro".

Manger cinq fruits et légumes par jour ça a un coût. Pour certains, il faudrait les rendre plus accessible. L’Interfel, l’interprofession des fruits et légumes, propose que la TVA pour ces aliments soit "au plus proche de zéro". 

Isabelle, qui habite à Toulouse, gagne 1000 euros par mois. Sur le marché, elle est à la recherche des fruits et légumes les moins chers.

"Cela coûte trop cher pour ce que j’ai comme moyens ! Cela serait moins cher, j’en achèterai plus et mieux, pas des légumes de supermarchés ou qui viennent d’Espagne, ou je ne sais pas quoi", explique-t-elle. 

Selon Jean-Louis, consommateur, également, il faut faire sauter les verrous qui freinent la consommation. "La TVA y contribue sûrement parce que la TVA à 5,5, c’est un peu élevé pour quelque chose qui est très courant et qu’il faut consommer".

Un problème de santé publique

C’est pour cela que Laurent Grandin, président de l’Interfel, qui regroupe les professionnels des fruits et légumes, met la pression, car selon lui, c’est une question de santé publique.

"Il est important qu’il n’y ait pas deux régimes nutritionnels, un pour les riches et un pour les pauvres, la sous-consommation de fruits et légumes, c’est l’organisation mondiale de la santé qui le dit, elle contribue à une exposition plus grande de maladies comme obésité, cardiovasculaires ou cancers".

Il espère que cette proposition sera acceptée par le gouvernement et validée par Bruxelles. Un combat qui risque d’être long et difficile !

Wilfrid Forquès et Juliette Pietraszewski avec Guillaume Descours