RMC

Fermeture d'un H&M à Boulogne-sur-Mer: "C’est la marque qui amène à la désertification des centres-villes"

À Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, le maire est très remonté contre le départ de l’enseigne H&M. Il pointe du doigt une attitude qui contribue à la désertification des centres-villes, et un manque de considération à l’égard des consommateurs et des employés.

Le maire de Boulogne-sur-Mer Frédéric Cuvillier fulimine. "H&M encaisse, H&M délaisse", peut-on lire sur les panneaux publicitaires de la ville. C’est ainsi qu'il affiche son coup de gueule contre le départ de l’enseigne de prêt-à-porter de sa ville, installée depuis 11 ans et qui va définitivement fermer ses portes lundi.

"H&M ne vas partir avec les honneurs, ils ne peuvent pas se comporter n’importe comment dans les centres-villes. Boulogne sur mer n’est pas la seule ville visée par cette stratégie. H&M c’est la marque qui amène à la désertification des centre-ville et des villes moyennes. Après avoir gagné de l’argent dans les cœurs de villes, ils quittent sans même avoir la moindre considération ni pour leurs salariés ni pour leur clientèle", explique-t-il.

"On est à Boulogne-sur-Mer, pas sur les Champs-Elysées"

Selon la municipalité, le point de vente est pourtant rentable. De son côté la direction de H&M a assuré dans un mail ne pas chercher à quitter les centres-villes: "H&M n’a pas vocation à fermer en centre-ville puisque nous sommes aujourd’hui présents dans 53 d'entre eux. Nous sommes au contraire dans une démarche d’expansion sur le territoire national". La direction de l’enseigne suédoise explique la fermeture pour un différend avec le propriétaire des lieux.

L’inflation des loyers est pointée du doigt: "Concernant les loyers d’H&M ou de l’ancien forum, on atteint des loyers de 22.000 euros charges comprises mensuels! Nous sommes à Boulogne-sur-Mer, pas sur les Champs-Elysées. Aujourd’hui pour tirer profit d’un commerce, il faut s’accrocher", explique Brigitte Chamond, représentante des commerçants boulonnais.

Conscient du problème, Jacques Mézard le ministre de la Cohésion des territoires, doit présenter un plan jeudi, afin de lutter contre la désertification des centres-villes, où les petits commerces se retrouvent souvent obligés de mettre la clé sous la porte.

Lionel Top (avec G.D.)