RMC

Fini le chauffage au gaz dans les nouvelles maisons: mais pourquoi?

DUPIN QUOTIDIEN - Le gouvernement a présenté mardi les nouvelles règles de construction pour les bâtiments neufs, et le chauffage à gaz sera exclu à partir de l’année prochaine dans les maisons individuelles.

C'est une petite révolution. Le gouvernement a présenté mardi les nouvelles règles de construction pour les bâtiments neufs, et le chauffage à gaz sera exclu à partir de l’année prochaine dans les maisons individuelles. 

En fait on ne peut pas à proprement parler d’interdiction du gaz. C’est plutôt qu’avec les nouvelles normes environnementales qui vont entrer en vigueur, de facto, le chauffage d’une maison à 100% au gaz sera exclu. Ces nouvelles normes prévoient que les futures maisons neuves ou les futurs immeubles émettent moins de gaz à effet de serre…Il ne faudra pas dépasser un certain seuil d’émissions, à savoir 4 kilos de CO2 par mètre carré et par an. Ce seuil est très bas et donc il objectivement il empêche quasiment qu’il y ait du gaz dans les maisons neuves. 

Dès l’année prochaine pour les maisons individuelles (on ne sait pas encore à partir de quelle date exactement). Et pour les immeubles d’habitation ça sera un peu plus tard, à partir de 2024 avec un seuil un peu plus élevé, parce qu’aujourd’hui une très grande majorité des immeubles neufs sont chauffés au gaz alors que c’est le cas de seulement 16 % des maisons individuelles donc ça va prendre un peu plus du temps à se mettre en place. Mais l’objectif c’est bien une sortie progressive des énergies fossiles… 

Une hausse de la consommation électrique?

Cela pourra-t-il faire flamber la consommation électrique, et donc la facture d’énergie? C’est effectivement ce qu’on peut craindre. Mais le gouvernement promet que ça n’arrivera pas. Pour éviter que les promoteurs installent des convecteurs électriques partout, les fameux grille pains, il a d’ailleurs fixé un autre seuil de consommation d’énergie non renouvelable et donc d’électricité.

Les bâtiments devront par ailleurs consommer 30% de moins d’énergie, quelle que soit la source de chaleur. Le gouvernement espère donc que ce sont surtout des modes de chauffage comme les pompes à chaleur qui vont se développer, mais ça aura quand même sans doute un impact à la hausse de la consommation d’électricité, même si cet impact est difficile à quantifier aujourd’hui.

Marie Dupin