RMC

Fruits et légumes: pourquoi il faut se méfier des "ventes sauvages" cet été

Qui ne s'est jamais arrêté sur un bord de route pour acheter des fruits et légumes? Et d'où viennent-ils précisément? Les vendeurs au déballage sont de plus en plus nombreux, notamment dans le sud de la France. Mais ce matin, l'UFC-Que Choisir appelle à la prudence face à ces "ventes sauvages".

Des vendeurs de fruits et légumes qui s’installent sur des parkings ou sur le bord des routes, la pratique devient de plus en plus courante dans le sud de la France avec l'arrivée des beaux jours. Pourtant dans son mensuel publié ce jeudi matin, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir appelle à la prudence face à ces "ventes sauvages".

Ils vendent des fruits venus d'Espagne, le long des côtes et dans les zones touristiques. Evidemment, c'est un réel problème pour les maraîchers locaux qui subissent la concurrence de ces marchands aux prix très attractifs. 

Ces pratiques sont légales à condition de suivre certaines règles. Les vendeurs au déballage doivent faire une déclaration préalable à la mairie et à l'administration. Ils ne peuvent pas s'installer plus de deux mois par an sur un même emplacement ou dans un même arrondissement. Mais dans les faits, les vendeurs s'abstiennent souvent de déclarer préalablement leur activité, et ils ne sont globalement pas très au fait des règles. Il faut dire que les amendes encourues en cas de non-respect de la durée légale ne sont pas vraiment dissuasives.

Des pratiques commerciales trompeuses

De plus, globalement, la qualité des fruits et légumes vendus n'est pas glorieuse selon la répression des fraudes. Même si certains professionnels sont parfaitement en règle, il y a beaucoup d'infractions. L'an dernier, les enquêteurs de la DGCCRF ont constaté un taux d'anomalie élevé : 25% en Occitanie par exemple. Et surtout beaucoup de pratiques commerciales trompeuses, notamment la présence de la mention "Direct du producteur" sur des produits comme les melons, les pêches ou les nectarines qui en fait ne provenaient pas du tout directement du producteur. Il y a aussi de faux producteurs. 

Par ailleurs les vendeurs au déballage ne respectent que rarement l'obligation d’indication du pays d'origine des produits, quand il n'y a pas carrément tromperie sur l'origine. 

Marie Dupin