RMC

Greenpeace dévoile "ce que cache la pub pour la viande" dans un nouveau rapport

Les consommateurs croient-ils aux stratégies marketing de l'industrie de la viande?

L'industrie de la viande dans le viseur de Greenpeace. Dans un rapport dévoilé ce mardi matin, l'organisation dénonce ce qu'elle estime être des campagnes de fausses informations pour vendre toujours plus de viande.

Le secteur se présente comme étant actif dans la lutte contre la crise climatique alors que la production de viande représente 19% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, pointe l'association.

>> A LIRE AUSSI - Viande, maison individuelle, voiture... "Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il va falloir renoncer à certaines de nos habitudes", estime Yves Marignac

Sur cette barquette de trois steaks hachés vendus par une marque bien connue, deux belles vaches sont en train de brouter de l’herbe au milieu d’un champ sous un beau ciel bleu. De quoi rassurer Françoise.

“Y a le plein air, il y a la vache, en plus c’est français. Le Nutriscore, c’est le A, il y a tout ce qu’il faut là. Moi ça m’incite à acheter, c’est évident”, indique-t-elle.

Virginie elle, n'est pas du tout convaincue par la communication des industriels. "Élevées en plein air, à partir du moment où c’est industriel non elles ne sont pas en train de se dégourdir les jambes toute la journée. Je n’y crois pas du tout”, assure-t-elle.

De la propagande selon Greenpeace

Des animaux élevés au grand air, dans le respect de l’environnement, des éleveurs tout sourires, bien loin de la réalité pour l’association Greenpeace. Elle assimile ces publicités et ces emballages des industries de la viande à de la propagande. Laure Bucos est chargée de campagnes à Greenpeace.

“Ce que Greenpeace préconise, c’est qu'il faut faire comme ce qui a été fait pour l’industrie du tabac, le sucre ou l’alcool. Il faut encadrer strictement la publicité et éviter de continuer de financer la publicité qui renforce la surconsommation", explique-t-elle.

Greenpeace milite aussi pour une réduction de la consommation de viande. Chaque année, les Français en mangent plus de 80 kilos, soit plus du double de la moyenne mondiale.

Florian Chevallay et Lucile Pascanet avec Guillaume Descours