RMC

Hausse du chômage, le secteur de la restauration fortement impacté: "Le pire été qu'on ait pu avoir"

Le secteur de la restauration a été fortement impacté par la hausse du chômage

Le secteur de la restauration a été fortement impacté par la hausse du chômage - JEFF PACHOUD / AFP

TEMOIGNAGE - Après des mois encourageants, le nombre de chômeurs a très fortement augmenté en août, grimpant de 50.200. Une hausse que le ministère attribue en partie aux attentats de juillet et qui toucherait particulièrement le secteur de la restauration.

Ça va mieux ? Sur le front de l'emploi, pas vraiment. Les chiffres du chômage pour le mois d'août ont en effet été publiés ce lundi et ils sont particulièrement mauvais. Ainsi, le nombre de demandeurs d'emploi a bondi de 50.200 par rapport à juillet, soit une augmentation de 1,4%. Selon le gouvernement, les secteurs directement en lien avec le tourisme sont particulièrement touchés. Le tourisme, l’hôtellerie-restauration, mais aussi le secteur du commerce de loisirs ont vu leur activité en partie baisser. Résultat: moins d'embauche. La preuve au restaurant L'Auvergne dans le XVème arrondissement de Paris.

Si les commandes sont là, depuis cet été, faute de clients, Emmanuel, le responsable, a été contraint de réduire son équipe. "Les départs en vacances, les congés du personnel, on ne les remplace, assure-t-il. On est une bonne dizaine mais ça a baissé. Avant, il y avait quatorze personnes. C'est dû à une baisse de la fréquentation, du tourisme. Il y a aussi de la peur…" Si Emmanuel ne peut pas encore faire de bilan chiffré de la saison, une tendance se dessine déjà.

"Dans l'ensemble, il y a bien 30% de moins, se désole-t-il. C'est le pire été que l'on ait pu avoir". Et deux régions sont particulièrement touchés par cette baisse d'activité comme le constate Hervé Becam, vice-président de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie): "C'est Paris/Ile-de-France avec quasiment -20% et Nice/Côte d'Azur, entre -10 et -12% d'activité touristique en moins, notamment après l'attentat du 14 juillet". Et, avec le bilan catastrophique de cet été, Emmanuel le sait: il lui sera impossible de réembaucher.

M.R avec Pauline Baduel