RMC

"Il faut sortir des pesticides d'ici 15 ans": tombé malade après avoir utilisé un herbicide, un agriculteur se bat contre Monsanto depuis 2004

L'agriculteur Paul François qui vient d'obtenir une nouvelle victoire judiciaire contre Monsanto, plaide pour un arrêt progressif des pesticides et dénonce l'inaction des politiques.

Troisième victoire d’affilée. L'agriculteur Paul François a remporté une nouvelle bataille contre Monsanto jeudi dans le cadre du long combat judiciaire qu'il mène depuis son intoxication en 2004, au Lasso, un puissant désherbant commercialisé par le géant industriel et interdit aujourd'hui.

Dans son arrêt, la Cour d'appel de Lyon a reconnu la responsabilité de la firme américaine dans l'empoisonnement de l'agriculteur charentais. Pendant plusieurs années, Paul François a utilisé l’herbicide interdit en 2007 et développé de nombreuses pathologies dont de graves troubles neurologiques.

"L'agriculture empoisonne nos sols"

"L'agriculture intensive ne nourrira pas la planète, car l’agriculture chimique telle que je l’ai utilisée empoisonne nos sols. Elle les rend infertiles. La vraie solution pour nourrir la planète est l'agronomie, sans glyphosate", martèle Paul François sur RMC ce vendredi.

Le "manque de courage" des politiques

L'agriculteur plaide pour un arrêt des pesticides tout en assurant que cette décision risque de prendre plusieurs années: "Il faut un vrai projet réaliste pour sortir des pesticides d'ici 15 ans. Il y a des productions agricoles ou ce sera plus long et où il faudra de la recherche agronomique pour trouver des solutions de remplacement".

Paul François s'en prend également aux politiques qu'il estime responsable et dont il dénonce le "manque de courage" et la collusion avec les industriels: "Les politiques en France devraient tenir compte de mon procès: en ce moment les tribunaux vont plus vite qu'eux", estime-t-il plaidant pour l'inscription dans la constitution de l'interdiction des pesticides.

Bourdin Direct (avec G.D.)