RMC

Incendie à Rouen: les agriculteurs, toujours en attente d'indemnisation

Deux semaines très exactement après l'incendie de l'usine Lubrizol, à Rouen, le ministre de l'Agriculture reçoit cet après-midi les organisations professionnelles agricoles pour évoquer l'épineuse questions des indemnisations.

Le ministre de l'Agriculture a-t-il parlé trop vite? Depuis la catastrophe, 3.000 exploitations agricoles frappées par les retombées de l'incendie, ont l'interdiction de récolter ou de vendre leur production. 112 communes sont concernées en Seine-Maritime, d'autres dans l'Oise ou encore dans l'Aisne.

L'interprofession du lait s'est organisée pour compenser les pertes financières des éleveurs laitiers mais les maraîchers, les céréaliers ou les éleveurs enregistrent des pertes considérables, dans l'attente d'un mécanisme de dédommagement.

L'Etat ne compte pas verser pas un centime

A plusieurs reprises, Didier Guillaume a pourtant assuré que 100% des agriculteurs seraient indemnisés. Le ministre de l'agriculture a promis des indemnisations rapides, les premières au plus tard en début de semaine prochaine.

Mais d'après nos informations, l'Etat ne compte pas verser pas un centime pour dédommager les agriculteurs. Il estime que c'est au pollueur de payer la facture.

Des discussions sont donc en cours avec les dirigeants de l'usine Lubrizol pour mettre en place un mécanisme d'indemnisation des exploitants agricoles victimes des conséquences de l'incendie.

Une indemnisation qui risque de prendre du temps

Le problème, c'est que si cette option est privilégiée, son application prendra du temps. Il faut recenser les exploitations touchées, lancer des expertises, chiffrer les pertes… Un syndicaliste est formel: la promesse de Didier Guillaume est intenable, impossible d'envisager des indemnisations dans les prochains jours.

En attendant, c'est la profession agricole elle-même qui met la main à la poche. A l'image de l'interprofession laitière: même si le lait n'est plus collecté, elle paye quand même les producteurs et pioche dans sa trésorerie avant de recevoir les indemnisations.

Juliette Droz (avec Caroline Petit)