RMC

"J’ai été choquée": Buitoni a offert un chèque cadeau de 20 euros à la mère d’une enfant malade

Buitoni a contacté la maman d’une fillette contaminée par la bactérie E. coli après avoir mangé une pizza Fraich’up, pour tenter d’obtenir des informations médicales avant de lui envoyer un chèque cadeau de 20 euros. Elle raconte au micro de RMC.

Une initiative "insultante". Sonia, la maman de la petite Mila (7 ans), tombée malade après avoir mangé une pizza Buitoni contaminée par la bactérie Escherichia coli, a été contactée par la marque la semaine dernière. Après avoir cherché à obtenir un accès au dossier médical de la fillette, qui a eu de la fièvre, des douleurs abdominales très fortes et "neuf jours de souffrance", Buitoni a envoyé un chèque cadeau de 20 euros à sa mère en guise de "dédommagement".

"J’ai eu un appel jeudi en fin de matinée, raconte Sonia au micro de RMC. C’est un numéro privé qui m’a contacté, mais j’ai tout de même répondu. Une dame s’est présentée en me disant qu’elle était du service consommateurs de Buitoni. Elle m’a demandé, pour les besoins de leur enquête, si je donnais mon accord pour qu’ils puissent contacter le CHU de Poitiers pour avoir accès au dossier médical de ma fille. J’ai été très surprise par cette question. Je ne lui ai pas donné le nom du docteur qui avait vu ma fille, je n’ai donné aucun détail. Je n’ai pas donné mon accord par téléphone, mais je n’ai pas dit non, non plus. Je lui ai dit que je ne me souvenais plus du médecin qui avait vu ma fille aux urgences pédiatriques."

"Je n’ai pas vu le mal dans son appel au départ, c’est pour ça que j’ai répondu à toutes ses questions, ajoute la maman de Mila. Elle était très gentille au téléphone, très sympathique. C’est pour ça que je me suis confiée tranquillement." Lors de cet appel, Buitoni a assuré à Sonia que "les mesures d’hygiène étaient respectées, que la fabrication était soumise à des règles strictes d’hygiène, qu’ils faisaient le maximum et que tout était sous contrôle". "C’était pour dire, sans le dire, que le problème ne pouvait pas venir de leur usine, estime la mère de famille. Elle n’a pas dit ‘ça ne vient pas de Buitoni’ mais ‘on respecte les mesures d’hygiène, tout est très bien contrôlé’. Elle m’a dit qu’il y avait une enquête en cours et qu’ils aimeraient avoir accès au dossier médical."

"Ce n’est pas un chèque cadeau qui nous fera taire"

Après la surprise provoquée par cette conversation de 15 minutes, le choc dans la boite mail… "Le lendemain matin, j’ai reçu un mail du service consommateurs de Buitoni m’offrant un chèque cadeau d’une valeur de 20 euros, explique Sonia. Sur ce chèque cadeau, il est notifié que cela fait suite au rappel des pizzas et que Buitoni présente ses excuses pour ce désagrément. J’ai été choquée, le papa aussi. On était choqué, scandalisé. On a eu de la peine aussi pour notre fille. En sachant ce qu’elle a vécu, parler de désagrément, ce n’est pas audible, ce n’est pas supportable."

"Je sais la souffrance qu’a endurée ma fille, souligne Sonia. Ces neuf jours ont été très difficiles pour elle. On était impuissant face à sa douleur. C’était vraiment des douleurs abdominales très intenses et vraiment horribles pour elle. On a quand même frôlé la septicémie. Il faut en prendre conscience. ‘Désagrément’, ce n’est pas possible. C’est insultant pour ma fille." Et clairement insuffisant.

"Je veux simplement que ma fille soit reconnue victime de la consommation de ces pizzas, indique Sonia. Ce n’est pas un chèque cadeau qui nous fera taire. De toute façon, il ne sera même pas utilisé."

Me Richard Legrand, l’avocat de cette famille, juge la démarche de Buitoni "surréaliste". "Ce contact était inattendu, reconnait-il auprès de RMC. C’est quand même blessant, parce qu’on parle de décès, de victimes qui ont des séquelles irréversibles. C’est incompréhensible, surprenant et offensant pour les victimes. Ce n’est pas de cette façon qu’on procède sur une affaire aussi grave. C’était peut-être pour obtenir d’autres informations qui pourraient leur être utiles par la suite."

Buitoni présente ses excuses

Contacté par RMC, Buitoni explique avoir appelé Sonia après le signalement effectué sur le site SignalConso, "conformément à la procédure" et "afin de comprendre la situation". "À la suite de l’échange, la procédure s’est poursuivie, la personne a reçu des bons d’achats, comme c’est le cas pour les personnes demandant un remboursement de leurs pizzas suite au rappel massif du 18 mars", indique la marque, qui présente ses excuses après l’envoi de ce bon d’achat: "Cela n’aurait pas dû être fait et nous tenons à présenter nos plus sincères excuses, à cette consommatrice qui a pu être heurtée par la réception de ces bons d’achat. Nous allons veiller à ce que cela ne se reproduise pas".

"Nous souhaitons renouveler l’expression de notre plus profond soutien aux familles touchées par ce drame, ajoute la marque. Cette situation nous est d’autant plus intolérable que des enfants sont concernés. Buitoni dans sa volonté de coopération et dans le respect de la souffrance des familles continue à chercher toutes les origines possibles de cette bactérie."

LP avec Marie Dupin et Benoit Ballet