RMC

Kinder: les ventes en chute libre

En une semaine, les ventes de produits Kinder ont baissé de 35%, à une période de l'année pourtant cruciale pour Ferrero, qui réalise à Pâques 10% de son chiffre d'affaires annuel.

Après les affaires, la chute. Le scandale des chocolats Kinder contaminés aux salmonelles a eu de lourdes conséquences sur les ventes de la firme italienne. La découverte de 150 cas de salmonellose en Europe, qui pourraient être liés à la consommation de produits de la marque a rompu la confiance des consommateurs.

Ces derniers, prudents, préfèrent ne pas prendre le risque, malgré les messages affichés dans les supermarchés assurant que les produits en rayon ne font pas partie des lots rappelés. Mais il n'y a rien à faire: les rayons restent pleins, et la semaine suivant les révélations les ventes ont bien chuté de 35%.

Toujours la tentation du "pas vu, pas pris"

Ferrero est en effet très critiqué pour son manque de réactivité. Comment expliquer autant de négligences, qui ont un coût considérable. C'est toujours la même chose: il y a une épidémie, l'enquête remonte à un produit, et on découvre a posteriori qu'il y a eu des autocontrôles positifs et que rien n'a été fait. C’est la limite de cette stratégie sanitaire qui repose sur les contrôles. Il y a toujours la tentation du "pas vu, pas pris".

Il y a coût. Mais en quelques semaines, voire quelques mois, les consommateurs oublient. Ferrero, c’est une multitude de marques avec lesquelles les consommateurs ne feront pas le rapprochement : Ferrero, mais aussi Tic Tac, Delacre, Nutella, Délichoc, Moncheri.

Emmanuel Lechypre (édité par J.A.)