RMC

"L'impression d'assister à son propre braquage": la révolte des clients français de Made.com

Appâtés par des promotions de dernière minute avant la liquidation judiciaire de l'entreprise, les clients de Made.com, un fabricant de meubles, voient désormais leurs biens vendus aux enchères. Sans avoir été remboursés et bien sûr sans avoir été livrés.

Des milliers de clients de Made.com, jamais livrés, peinent à se faire rembourser depuis que l’entreprise anglaise a été placée en liquidation en novembre dernier. Pire encore, ces meubles tant attendus sont désormais vendus aux enchères… 

C'est la décision des administrateurs judiciaires britanniques en charge du dossier pour tenter d’éponger les dettes de Made.com. Concrètement, aujourd’hui, les clients peuvent voir les articles, qu’ils n’ont jamais reçus, être revendus à d’autres.

Une situation insupportable pour Frank, l’auditeur qui avait alerté RMC: "Je pense que le mieux, c'est d'en rire parce que le cynisme n'a pas de limites", ironise-t-il. "On a un peu l'impression d'assister à son propre braquage. On s'est fait avoir et on assiste au crime. On voit donc nos produits qu'on a payé subir une deuxième vente", ajoute Franck.

Certains clients chanceux ont réussi, via leur banque, ou via l’intermédiaire de paiement qu’ils avaient utilisé, Paypal par exemple, à être remboursés.

Une indemnisation très faible

C'est le cas notamment de Kirsten, qui était passée par le service Oney pour payer en plusieurs fois et qui a récupéré ses 2.000 euros. Mais à chaque fois, ce n’est pas Made.com qui rembourse, c’est toujours un tiers.

Pour les autres clients, c'est plus compliqué. Ils se déclarent créanciers auprès des administrateurs chargés de la liquidation de Made.com. Mais là, le résultat est très incertain. Déjà parce qu’ils ne seront pas les premiers remboursés, puisqu'ils passeront notamment après les fournisseurs de l’entreprise…

Ensuite, parce que si indemnisation il y a, elle sera faible: 1,6% du montant dépensé. Pour vous donner une idée, un client qui aurait acheté un canapé à 2.000 euros ne recevrait au mieux que 32 euros… 

Les clients ne veulent pas en rester là. Surtout que certains avaient acheté des meubles Made.com lors de promotions, des soldes réalisés quelques jours avant l’annonce de la liquidation, alors que l’entreprise se savait en difficulté.

"Les consommateurs français ont décidé de réagir"

Trente clients floués ont mandaté Me Emma Leoty, qui va tenter une dernière négociation avec les administrateurs pour obtenir les meubles ou un remboursement intégral. Une dernière chance avant de porter plainte.

"Les consommateurs français ne doivent pas être lésés sous prétexte qu'une société de droit anglais serait en procédure collective. Les consommateurs français ont décidé de réagir. Le discours est unanime, ils n'auraient jamais souscrit ces offres s'ils n'avaient pas été appâtés par les promotions. Mon objectif, c'est d'en informer l'administrateur et de lui dire de négocier. Et s'il n'y a pas de procédure à l'amiable possible, il faudra déposer plainte au tribunal", prévient-elle.

Si l’avocate n’obtient pas gain de cause d’ici le 2 janvier, elle déposera plainte contre Made.com pour publicités mensongères et pratiques commerciales trompeuses.

Amélie Rosique, Joanna Chabas, Elise Denjean