RMC

La Banque Postale assignée en justice pour "vente forcée": qui sont les clients visés?

La Banque Postale est accusée par l'association de consommateurs.

L'UFC-Que Choisir assigne ce mercredi La Banque Postale devant le tribunal judiciaire de Paris pour vente forcée. L'association de consommateurs reproche à la banque de contraindre ses clients détenteurs d'un plan d'épargne logement (PEL) à ouvrir un compte courant. Selon l'UFC, c'est illégal.

L'UFC-Que choisir dit avoir reçu des dizaines de témoignages de clients détenteurs d'un PEL chez La Banque postale. Tous vont dans le même sens. Les clients ont reçu un courrier menaçant de la Banque postale qui leur demande d'ouvrir un compte courant, sans quoi leur plan épargne logement sera clôturé.

Quid des autres banques?

La banque explique que c'est la seule manière de s'assurer que le PEL sera régulièrement alimenté, comme l'impose la réglementation. Mais l'association UFC-Que Choisir ne voit pas les choses de la même façon: la seule obligation, selon elle, c'est de verser 540 euros minimum par an sur son PEL.

Elle souhaite que La Banque postale stoppe cette pratique et rembourse les clients concernés car l'ouverture d'un compte coûte 13 euros par an minimum et jusqu'à 90 euros.

C'est le juge qui tranchera. L'UFC espère une décision dans les prochains mois, pour éviter que cette situation se généralise à tous les clients de La Banque postale, et même que d'autres banques s'en inspirent. 

Victor Joanin (avec J.A.)