RMC

La "shrinkflation", qui diminue la quantité de produit sans baisser le prix, prend de l'ampleur

Après une enquête de la répression des fraudes, de plus en plus d'anomalies sont constatées dans les usines sur la "shrinkflation".

La "shrinkflation" (contraction du mot anglais shrink, rétrécir, et d'inflation), c’est ce procédé marketing qui consiste à réduire les quantités de certains produits sans informer les consommateurs, et, surtout, sans baisser le prix.

Ce n’est pas nouveau, mais le phénomène prend de l’ampleur, attisé par la flambée des coûts de production des industriels. C’est ce que confirme une enquête de la répression des fraudes, qui montre que des anomalies ont été détectées dans 11% des commerces visités et dans 7 des 31 usines contrôlées.

Ces anomalies concernent surtout des tablettes de chocolat, des produits ménagers et d'hygiène, mais aussi des yaourts, de la farine, du café, du sucre, des charcuteries, des pâtes, du lait et des frites.

Ces dissimulations vont-elles être sanctionnées ?

Pour l’instant, Bercy fait preuve d’une relative indulgence: ces pratiques relèveraient surtout de "négligence nuisant à la bonne information des consommateurs", selon Bercy. Soit parce que les entreprises indiquent bien le bon poids, mais sans dire que c’est nouveau, soit parce qu’elles n’indiquent rien, mettant en avant le coût trop élevé de modification des étiquettes ou des emballages.

Le ministère de l'Économie étudie deux pistes: compléter le site signalconso.gouv.fr avec une application mobile afin de permettre aux consommateurs de dénoncer un problème en temps réel. L'autre idée dans les tuyaux est de demander à la grande distribution d'afficher clairement les modifications de poids ou de quantité.

Emmanuel Lechypre (édité par J.A.)