RMC

Le "Black Friday" sert-il vraiment à faire de bonnes affaires?

CA VOUS CONCERNE  - Le "Black Friday" c’est le 26 novembre.. et pourtant nous sommes déjà envahi de pubs. Mais pourquoi un tel emballement?

L’overdose? Depuis le début du mois on est envahi de mails, de SMS nous promettant des bonnes affaires. La Fnac propose des bons plans “en attendant le "Black Friday”, Amazon a même carrément lancé une opération “Black Friday avant l’heure” avec des promos depuis déjà le 8 novembre.

L’idée c’est en quelque sorte de faire monter la mayonnaise, que le consommateur attende le "Black Friday" comme le méga événement qui va lui permettre de profiter de supers promo, et que le jour venu il se lâche et dépense un maximum.

Au final, les professionnels veulent instaurer le "Black Friday" comme l’événement commercial numéro 1 de l’année. Si ça marche très bien aux Etats-Unis, ce n’est pas encore totalement ancré en France. L’autre raison, c’est que quand un site publie un article sur le "Black Friday" ou quand il met en avant une offre "Black Friday", il a plus de chance d’être repéré par les moteurs de recherches et il apparaitra en tête des résultats des internautes. Une meilleure visibilité = de meilleures ventes. Donc on met du "Black Friday" à toutes les sauces.

Est-ce qu’on va vraiment faire de bonnes affaires pendant le "Black Friday"?

Pas vraiment. Déjà méfiez-vous en ce moment des articles qui vantent des promos du "Black Friday", souvent c’est de la pub déguisée. En fait, les sites touchent des commissions à chaque fois qu’un visiteur va ensuite sur le site marchand pour faire son achat. Mais vous n’avez aucune garanti que le prix affiché soit bien une promo.

D'ailleurs l’an dernier l’UFC-Que Choisir avait démontré que les ristournes affichées ne correspondaient pas à la réalité. La pratique la plus courante: gonfler le prix d’un article quelques jours avant le "Black Friday" pour ensuite afficher une promotion le jour J.

Au mieux, la promotion réelle sera de quelques euros, loin des promesses affichées, au pire l’article pourra même se retrouver plus cher qu’avant ! C'était le cas d’un téléviseur Philipps chez Darty, vendu pour le "Black Friday" à 800€ au lieu de 1.000€, le consommateur pense donc faire une économie de 200€. Sauf qu’avant le "Black Friday", le même téléviseur été vendu 700€ dans la même enseigne, soit 100€ de moins que le fameux prix promo.

Au final l’UFC-Que Choisir avait calculé que les prix de vente moyens sur les principaux sites internet avaient baissé de 1,19% seulement, on est loin des 50 à 70% affichés! Et il n'y a aucune raison pour que ce soit différent cette année.

Géraldine de Mori (édité par J.A.)