RMC

"Le modèle d'Amazon détruit de l'emploi": le géant américain s'enrichit-il au détriment de sociétés françaises ?

Avec 22 sites en France, Amazon revendique 9300 emplois en CDI. Mais chaque création chez le géant américain détruirait 2,2 emplois dans la distribution selon un rapport de Mounir Mahjoubi, l'ancien secrétaire d'Etat en charge du numérique.

Amazon toujours plus riche. Jeff Bezos, le fondateur de l'entreprise américaine de distribution, l'homme qui pèse 188 milliards de dollars s'est enrichi de 13 nouveaux milliards depuis le début de la pandémie de coronavirus. Et avec 22 sites en France, Amazon revendique 9300 emplois en CDI. Mais un emploi chez Amazon détruirait 2,2 emplois dans la distribution, selon un rapport de Mounir Mahjoubi, l'ancien secrétaire d'Etat au Numérique.

"Le modèle d'Amazon, où tout est automatisé et robotisé, détruit de l'emploi. il faut remettre l'humain au centre de la technologie en les formant à faire ces nouveaux services", assure Ismaël Ould, le président de Wynd, une entreprise qui conseille les entreprises françaises sur la vente en ligne. Concernant les emplois en CDI créés, il invite a regarder la balance d'emplois assurant comme le rapport de Mounir Mahjoubi, que Amazon continue de détruire des emplois ailleurs. Il estime également que "lutter contre Amazon est un choix de société".

"La variable face à Amazon c'est l'emploi et les taxes et il y en a moins du côté de l'Américain"

Autre problème, le montant des impôts payés sur le territoire français engendrant un problème de compétitivité face aux entreprises françaises. Ainsi, le groupe FNAC-Darty, qui réalise un chiffre d'affaires moindre qu'Amazon paierait plus d'impôts: "Si on faisait le bilan des charges sociales, on se rendrait compte que FNAC-Darty, avec ses employés supplémentaires, en paie sûrement plus", déplore Ismaël Ould.

"Les autres grands distributeurs ont déjà optimisé leur modèle et leur logistique en proposant de nouveaux modèles. La variable face à Amazon c'est l'emploi et les taxes et il y en a moins du côté de l'Américain. Nos géants français sont compétitifs, quand vous regardez un livre sur Amazon, regardez si il n'y est pas non plus sur la plate-forme numérique d'un distributeur français", prévient-il.
G.D.