RMC

Les Français mangent de plus en plus de fruits exotiques

Avocats, Kiwis... Ce sont les stars de l'été et on en mange de plus en plus, selon une étude de la fédération du secteur.

C'est l'un des produits phares de l'été: les fruits exotiques sont de plus en plus consommés en France. L'an dernier, nous avons mangé 7,5 kilos en moyenne par personne. C’est 10% de plus qu'en 2017. Et à la caisse, ces fruits exotiques nous ont coûté un peu moins de 25 euros par ménage d’après Interfel, la fédération du secteur.

Le fruit star, c’est l’avocat, qu’on prend souvent d’ailleurs pour un légume. Nous en avons consommé plus de 3 kilos l’an dernier. Et la consommation devrait encore bondir de 20% cette année. Viennent ensuite l’ananas et la mangue, qui a explosé l’an dernier, +25%.

9 fruits exotiques sur 10 arrivent par la mer

Ce n’est pas vraiment dans la tendance du manger local et de saison. Les fruits exotiques ne sont pas les meilleurs choix car on en trouve presque toute l’année. Du coup, les producteurs proposent de plus en plus de fruits mûrs à point, prêts à manger.

Le problème, c’est qu’ils sont souvent plus chers que les fruits qui mûrissent artificiellement. Une mangue rouge de Côte d'Ivoire va coûter environ 4 euros pièce, alors qu'une mangue verte mûrie en chambre climatisée et vendue toute l'année va coûter 1,50 euros.

Des fruits qui arrivent chez nous par avion ou par bateau. Aujourd’hui, 9 fruits exotiques sur 10 arrivent par la mer. On en importe près d’un million de tonnes, d'après Rungis. Pour la majorité, ils viennent principalement d’Amérique du Sud et d’Afrique.

Est-il possible de manger des fruits exotiques produits en France?

Certains prennent aussi l'avion. Un luxe suprême accordé à des fruits rares, comme le mangoustan ou le ramboutan, qui doivent être consommés dans les cinq jours et coûtent entre 15 et 25 euros le kilo.

Comment manger des fruits exotiques de manière plus responsable? Car, oui, ça existe... même si ce n'est pas notre spécialité. L’avocat corse, par exemple, esdt produit environ 10 tonnes par an, c'est très peu, alors qu’on en importe environ 150.000 tonnes.

Et puis en Bretagne, plus précisément en Cornouaille, on cultive le kiwano. On l’appelle aussi melon à corne. Un fruit qui vient d’Afrique tropicale qui rappelle les saveurs du melon, du kiwi et de l’ananas.

Anaïs Bouitcha