RMC

Malgré le déconfinement, les soldes d'été très décevantes pour les commerçants

"DUPIN QUOTIDIEN" - Les soldes ont débuté il y a 4 semaines le 30 juin. Et cet été, les commerçants se disent déçus.

Les soldes s’achèvent ce mardi soir. Des soldes “tristounes”, selon la fédération des commerces spécialisés, surtout dans les grandes villes. La moitié des commerces indépendants notent une baisse de 10 à 25 % de leurs chiffres d’affaires par rapport à l’an dernier, selon la Confédération des commerçants de France.

Même son de cloche pour la fédération nationale de l'habillement. Le chiffre d’affaires de ces boutiques est en hausse de 4,5 % pour les quinze premiers jours des soldes par rapport à 2019. Mais ce n’est pas suffisant pour compenser la perte de chiffre d’affaires du premier semestre. En cause, le contexte sanitaire, mais aussi la date des soldes. L’été dernier, ils avaient commencé plus tard, à la mi-juillet.

>> A LIRE AUSSI - Comment la réalité augmentée peut-elle nous aider à faire les soldes?

De son côté, le ministère de l'Économie temporise. D’abord, car la consommation est forte depuis le déconfinement le 19 mai et se maintient pendant les soldes. Selon Bercy, les dépenses par carte bancaire sont reparties à la hausse. Plus 15% la première semaine des soldes par rapport à la même période l’an dernier et plus 6% la deuxième semaine.

Ensuite, le ministère de l’Économie rappelle que si certains commerçants accusent des baisses de chiffre d’affaires, le fonds de solidarité est encore en place les mois de juin, juillet et août. C’est également le cas pour l’activité partielle et les exonérations de charge.

Si ça ne marche pas selon les commerçants, faut-il maintenir les soldes ?

Ça sera un point à l’ordre du jour des Assises du commerce qui se tiendront à l'automne. Si un événement commercial n’est plus un événement commercial pour le consommateur alors ça mérite qu’on s’interroge, juge Emmanuel Roch de la fédération des commerces spécialisés.

Mais avant d’envisager leur suppression, la Confédération des commerçants de France estime qu’il faut mieux réguler, encadrer les promotions des géants du commerce sur internet, qui tuent les soldes en boutique. Et pourquoi pas créer des soldes au niveau national, plus courts, d’une dizaine de jours, quatre fois par an, qui permettraient d’écluser les invendus de chaque saison. Car les soldes sont légalement la seule occasion pour les commerçants de vendre à perte.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours